#1: Manu Vision nous explique les différentes réalités virtuelles, les réfléxions et problématiques des développeurs & designeurs du monde du futur et rentre dans les débats philosophiques.
Hacking Reality
Hacking Reality
#1: Manu Vision nous explique les différentes réalités virtuelles, les réfléxions et problématiques des développeurs & designeurs du monde du futur et rentre dans les débats philosophiques.
/

00:31 – Introduction
10:30 – La vie privée dans le contexte de la réalité virtuelle et augmentée.
21:41 – La réalité mixte, qu’est ce que c’est ? Comment ça marche ?
36:19 – De la detection des murs à l’ensemble x;y;z
41:02 – Le début du virtuel
54:10 – Comment la technologie mimique le cerveau?
01:03:10 – L’évolution exponentielle des technologies du virtuel lors des 3 dernières années
1:12:40 – Doucement mais surement? vers le transhumanisme
1:20:00 – Et si le futur c’était Wall-E ?
1:24:05 – Qu’est ce que le Hive Mind ou conscience collective ? Le futur de l’évolution humain ?
1:42:20 – Repensons l’éducation, voyageons dans le temps et créons le monde harmonieux de demain
1:52:57 – En route vers un monde utopyque avec le XR, et apprentis philosophes sur le temps
2:01:27 – La notion du travail est-il un concept générationnel ?
2:09:38 – Comment je peux commencer dans la réalité virtuelle ou augmentée ? Est-ce que je dois savoir programmer ?
2:14:26 – Bilan de ce premier podcast

Avec une carrière en tant que designeur, chercheur et enseignant sur les technologies du virtuel, Manu est un expert de la réalité virtuel, réalité augmentée, et réalité mixte. Travaillant principalement sur le continent américain, vous pouvez le trouver sur: https://manu.vision/

Voir d’autres podcasts:

Sous titres:

Bonjour à tous et bienvenue dans ce tout

premier épisode de Hacking Reality.
Pour m’accompagner lors de ce lancement

j’ai le plaisir d’accueillir un ami.

Il est lead designer,

chercheur et enseignant
sur les technologies du virtuel.

On le trouve sur les réseaux
sous le pseudo de Manu Vision,

il nous explique les subtilités de notre

future monde connectée virtuel,
tout en nous faisant participer

aux réflexions du quotidien,
des développeurs et des designers.

Ils nous partagent leurs réflexions,

leurs problématiques, mais aussi
leurs discussions philosophiques.

Manu, merci de me faire l’honneur
d’être mon premier invité.

Bonne écoute !

Manu, salut ! Merci d’être

sur ce premier podcast que je fais,
ça me fait plaisir

de t’inviter là.

Du coup,

si on t eprésente en deux mots, expert en VR, AR
toutes les technologies du virtuel

et un peu de design, forcément,
sur un background un peu plus ancien.

Donc, dans l’idée, est ce que tu
pourrais nous présenter déjà un peu

qu’est ce que ça veut dire

la réalité virtuelle

et puis tous les mots un petit peu

assembler XR, AR,
des trucs que j’ai vu passer

et je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire
c’est trop drôle

parce qu’effectivement,
si je dois donner mon titre,

c’est des slash et des lettres et des sigles
et et ça devient très compliqué très vite,

surtout quand on doit
le traduire ensuite en français.

Déjà, à AR, VR, c’est augmenter
de Augmented Virtual Reality

et du coup, en français,
ça donne AR et VR.

Ce que je trouve absolument
atroce à prononcer

donc je ne le dis pas

ça arrive aux Etats-Unis, d’ailleurs,

mais du coup ER

en fait, c’est Extended Reality.

Ça prend en compte tout ce qui rentre

dans les réalités étendues en français,
donc à la réalité augmentée.

En fait, c’est vraiment
ce qui va être superposé sur le monde

à travers un écran ou à travers
un contenu média.

Donc, par exemple,

si tu utilises ton téléphone pour jouer
à Pokémon Go et que tu balades la caméra

et que tu vois le vrai
monde à travers la caméra

quand ton Pikachu se retrouve

dans ton écran de téléphone et pas
dans le monde de la réalité augmentée

de Pikachu parce qu’il est ajouté à ta
réalité qui est censée être la meilleure.

Mais on va peut être en parler
plus tard que ce n’était pas vrai,

Et la VR, la Virtuelle Reality,

ce qui est un petit peu plus connu,
juste à cause du terme qui est très connu.

C’est tout ce qui va être

réalité virtuelle, qui n’a aucun
rapport en théorie avec le monde réel.

Donc, quand tu mets un casque,

par exemple,
comme l’Oculus Quest ou les Google,

le Google Cardboard à l’époque,
tout ce que tu verras à l’intérieur,

ce sera un monde en 3D, en STI
qui n’est pas vraiment basé sur le monde.

Ça peut être, mais ça peut
être complètement fou.

Tu peux être en train de flotter dans l’espace

ou dans des dans des mondes qui ne
répondent pas à la physique

et effectivement, il y a des choses
qui vont pouvoir interagir avec toi,

mais ce ne sont pas des choses
réelles, sont virtuelles.

Donc, si on fait une espèce de spectrum
entre, le centre est en réalité pure,

le virtuel étant tout
à droite et le RA tout à gauche

c’est un peu un graphique qui a été

utilisé pas mal dans le métier du EXA
pour englober le EXA dans une espèce

de bulle dans laquelle la
réalité est au centre.

Et selon de quel côté du Spectrum on se

tire, on peut aller vers le
VR ou vers l’arrière.

Maintenant, ça se complexe un petit peu

parce que ce sont
les besoins des plus connus

et souvent, les gens,

pour ne pas dire EXA c’est très compliqué,
ça englobe plus de choses

ils vont juste dire et AR / VR puis ça va
être ça dans lequel ils travaillent.

Il y a des gens spécialisés dans l’un

dans l’autre, mais la plupart des gens
travaillent un peu dans les deux

et ça englobe pas mal d’autres choses,
comme les vidéos 360 sur YouTube

comme le concept de spéciaux audio
et de pouvoir entendre du son.

Du coup, se déplacer autour de nous,

ce n’est pas que ce qui est en rapport
avec le visuel

et on va en venir un peu plus tard
dans le car, j’imagine comment je vais te

parler du sens du toucher, par exemple,
ce qui est haptiques,

qui fait aussi partie du EXA si on y
pense, et qui peut du coup créer

un sentiment d’augmentation de la réalité
ou de virtualisation de la réalité,

et notamment, plus récemment,
avec des concepts comme les HoloLens

de Microsoft,
qui est en fait en vérité un casque

de réalité augmentée, mais qui se vaut MA
donc mixed reality qu’ils ont inventé

un nouveau terme qui veut dire qu’on

mélange un peu le VR
et le VA dans le même concept.

Facebook, notamment Apple,
sont des compagnies qui sont connues en ce

moment pour aller faire des recherches
dans cette direction là.

Donc, le concept est simple c’est que en ce
moment, on a des gros machins sur la tête

qui sont des gros casques de VR
et on est coincés dans notre bulle et on

ne voit pas ce qui se
passe dans le vrai monde.

On se rend compte que quand on travaille
dans un bureau, on a quand même besoin de

se cogner contre son bureau
pas renverser son café sur la table.

On a eu des petites recherches,

de petites fissures dans ces cas,
ce qui permettait d’avoir du part two

court, c’est à dire la capacité de voir
à travers l’écran ce qui se passe quand

même dans le vrai monde,
dans l’Oculus Quest, c’est super bien

pensé, tu as une espèce de bulle virtuelle
autour de toi dans le jeu, donc,

ça reste de la 3D
puisque ce qui est autour de toi n’est pas vrai

mais il y a une bulle qui est
basée sur le réel physique

du vrai monde qui va me dire quand tu

approches trop d’un mur ou d’un
immeuble, il ne faut pas du tout

comme pendant le temps
en train de jouer en VR

Et donc, du coup, dès que tu passes through

ce mur, tu vois grâce à des caméras
infrarouges qui sont à l’extérieur

Mmintenant, de ce casque,
tu vois un petit pas en noir et blanc,

ce qui se passe dans le vrai monde et ça
le permet dans le jeu d’avoir des signaux

qui te de pas te cogner dans le coup,
de dire que tu peux dire.

Mais à ce moment là, je suis en

Je suis dans la vraie vie
où je suis en VA ?

Tu es un petit peu dans les deux

cas, je te coupe. OK du coup

réalité virtuelle grosso modo

pn a donc on a

en terme de device de produits sur le
marché, vraiment

les casques,

donc c’est vraiment le casque,
le casque que tu mets sur ta tête et t’as

l’air ultra malin pour le mec
qui est l’extérieur et qui se moque de toi.

Et derrière, tu rentres vraiment

dans un environnement assez immersif,
du coup.

Par exemple le dernier film le plus

connu en pop culture, qui est [??], tu
rentre dans ton casque et tu rentres dedans.

OK, je pense qu’on va en reparler parce

Le deux d’ailleurs qu’ils sort parce

qu’il est inspiré du livre qui est
excellent et le livre à deux opus

donc je crois que le 2 est
en train d’être créé en ce moment

OK, donc

du coup, pour revenir après, on a ce
qu’on appelle donc la réalité augmentée.

Qui du coup

c’est ce que j’avais cru
voir en tant que device

c’est ça, c’est que c’est plus
compliqué pour la RA de

parler juste de ce type de device parce

qu’en fait, c’est n’importe
quoi qui peut projeter.

Donc, tu peux avoir

au début le Google Glass qui est
très en avance sur son temps.

Un peu trop peut être.

On pourra débattre sur la readiness
du marché et du côté des lunettes.

Mais au final, c’est quoi ça,
un écran sur tes yeux.

Le plus populaire du device de réalité

augmentée sur un iPhone ou un smartphone
qui a de la RAdonc, par exemple,

l’écran d’un téléphone, l’écran d’un iPad
sur lequel je te parle en ce moment.

Ces devices peuvent utiliser leurs
senseurs pour comprendre un peu

la profondeur du monde et pouvoir poser
des choses sur le sol ou contre des murs

qui sont augmentés dans n’importe quel
device en théorie a ces capacités là.

Donc souvent ça va bien avec
un accéléromètre et un écran

vont en théorie pouvoir faire
de la réalité augmentée.

Il y a des personnes qui parlent du futur,
des glaces qui vont être des lentilles

qu’on aura
directement dans les yeux

et à ce moment là
est ce qu’on parlera de d’écran ou est ce

qu’on dira juste ce qu’on voit
et qui rentre dans notre cerveau ?

Et donc, je ne parle pas de device,

mais je dirais les smartphones,
les mobiles,

tout ce qui est mobile fera tout ce qui
c’est, tout ce qui est casque, VR et RV.

Une fois de plus, la ça fait
beaucoup d’informations

d’un coup,

on est passé
des Google Glass à des lentilles qui se

paient directement
dans les yeux et je lui dit OK.

Déjà, d’un point de vue technologique,

je ne vois pas du tout
comment c’est possible

genre la batterie.
Exact.

En fait, c’est le plus gros
challenge en ce moment.

C’est comment réussir à miniaturiser tous
les composants qu’on a besoin qui,

on va pas se mentir en ce moment,
ont besoin de passer,

Même les Google Glass n’étaient pas
encore le fashion des lunettes

très, très élégant, très, très slim

et puis, on pose quand même quelque
chose sur le nez, sur le visage.

Il y a de la complexité pour les humains
à avoir un visage pareil.

On a tous des visages différents.

Il y a des gens ou tout simplement,

c’est trop lourd de mettre
quelque chose sur leurs yeux.

Des fois, c’est sur les oreilles.

Donc,

arriver à un moment donné à miniaturiser
une batterie, la capacité de l’écran,

la capacité de consulter tous
les accéléromètres, etc.

C’est tellement complexe.
Un vrai challenge.

Et pendant longtemps, on a cru qu’on
n’arriverait jamais le dépasser.

Là où c’est maintenant possible,
c’est quand on parle en fait de output.

Le processeur, la carte graphique
et toute la complexité

en fait, dans un device qui est

à l’extérieur,
donc un device, de mixer, Augmented Reality qui n’est

pas leur domaine purement, mais qui se
dit Aimargues, c’est le Magic Leap.

Et c’est vraiment une espèce de grosses

lunettes qui fait le tour,
qui s’accroche à la tête.

Mais elle a un câble qui sort derrière

et qui s’accroche dans la poche
à une espèce de petit module.

Et ce module comprend le processeur
et toutes ces choses

si tu me mettais sur ta tête, bah,
tu croirais à un casque de VR

tellement de choses sur la tête, mais on
peut pas en dire plus dans le VR

et puis plus on va avancer dans le futur

plus

tu peux comprendre que ton iPhone,
c’est quand même pas mal

un gros ordinateur est plus puissant
que le truc qu’à utilisé

la NASA pour envoyer la première,
fusée sur la Lune.

Donc, si ça, c’est assez puissant et qu’on
l’as tout le temps dans la poche,

une transition vers un futur où on
n’a pratiquement rien à porter,

on imagine que ça va.

Apple va sortir pas mal de devices

qui vont utiliser la puissance sur l’iPad
pour pouvoir se slimer et avoir vraiment

des lunettes très,
très légères sur le visage

et fonctionner de pair de la même
manière qu’en ce moment

si je veux faire fonctionner mon

Apple Watch il y a cinq ans, la toute
première, j’avais besoin d’un iPhone.

Elle ne pouvait pas fonctionner toute

seule alors que maintenant, on a réussi
à miniaturiser pas mal de composants

et l’Apple Watch fonctionne seule
maintenant sans l’iPhone,

donc c’est un petit peu dans cette
transition qu’on se situe maintenant.

Si on imagine dans le futur vers où on

s’en va, on peut imaginer
que la technologie devient de plus en plus

petite et que ce qui, avant,
ne nécessitait comme je le disais,

d’avoir un téléphone plus un device
va devenir à juste le device.

Et puis au plus petit à petit de ce
device vaêtre de plus en plus petit

et au final, on se demande
pourquoi avoir des lunettes.

Si on peut avoir des lentilles, c’est un
petit peu l’évolution dans l’optique aussi.

La RA, c’est la même chose.

Le but, c’est de ne plus porter
de lunettes et de vraiment les avoir

il y a des compagnies

en ce moment, il y a déjà
des compagnies,

il y a pas mal de centres de recherche
qui, en ce moment, ont déjà prouvé

qu’on est capable de faire des lentilles,
de miniaturiser

ce qu’on a besoin pour afficher de
la date en RA.

Ce n’est pas encore commercialisé,

ce n’est pas encore prêt, mais les
prototypes sont très prometteurs.

On peut imaginer que dans moins de dix
ans, cela pourrait être standard.

OK, mais donc, du coup, concrètement,

on est en train de refaire
un épisode de Black Mirror.

Vraiment.

Surtout si tu parles de la partie éthique.

Google Glass est le meilleur
sur la ERA.

Parce que quand

la réalité augmentée a vraiment été
utilisée avant Pokémon Go,

avant que ça explose et que ce soit
quelque chose de normal dans nos

téléphones,
c’était que dans Google Glass

et Google Glass, est arrivé à une époque
où les gens ne comprenaient pas vraiment

bien comment fonctionnait la technologie
par rapport à leurs données privées.

Et là où maintenant on comprend toujours

pas très, très bien, mais c’est
beaucoup plus exposé, plus accessible.

On réalisé à l’époque les Google Glass,
mais attendez sur un dispositif sur nos

yeux en permanence qui peut filmer
ce qui se passe en permanence.

C’est à dire
quelqu’un qui se retrouve

dans les toilettes publiques peut
filmer des gens à leur insu.

Et ça, c’est devenu du coup une question
qui n’a jamais été répondue par Google.

Et ils ont juste simplement dit
Vous savez quoi,

C’est vrai, c’est pas cool.

Du coup, on va mettre une petite lumière

qui dit quand ça record et les gens dit mais c’est pas
ça qu’on a dit, ça reste un problème.

Vous vous rendez pas compte de toutes

les applications et là, du coup,
le marché a fait wow,

c’est beaucoup trop avancé.

Black Mirror bla bla bla.
Adieu !

On ne veut pas

Dès qu’on l’a mis dans les télécoms
et dans Pokémon avec une bonne

brand que les enfants adorent,
c’est pas mal cool

donc pourquoi pas

utiliser les enfants
pour vendre leurs produits ?

Et ça prouve que le placement de cet écran
par rapport à ton corps humain va bien

par rapport à la technologie.

Parce que en vérité,
si je tiens mon iPod comme ça toute

la journée, oui, je peux
filmer en permanence.

Et oui, c’est la réalité augmentée.

Pourquoi, du coup,
avoir bloqué les Google Glass à l’époque,

alors que maintenant,
c’est plus un problème ?

C’est parce que, comme le disait le market

que j’avais des choses à discuter
au niveau politique, au niveau sécurité,

qui n’était pas encore des questions
de tous les jours qui maintenant

ont été discutés et ont permis de mettre
en place certaines lois sur la sécurité.

Je ne pense pas que c’est assez
ferme encore.

Ça va vers cette direction là,

mais en ce moment, tu peux très bien avoir
acheté des glasses qui sont

des lunettes de réalité
augmentée de Snapchat.

Tu peux très bien avoir acheté un
Magic Leap et l’utiliser en entreprise.

Tu peux très bien avoir des HoloLam

Des gens en ce moment y travaillent avec
, c’est leur travail principal.

On est obligé de revenir sur ces device
là parce que moi, je les connais pas.

OK, avec plaisir, mais, du coup,

parce que forcément tu me connais
la vie privée, c’est un peu mon truc.

Tu es en train de me dire que
les concepts et les blocages qui étaient

présents lors de la sortie du
Google Glass, on s’en souvient pas vraiment.

Ils avaient déjà pas l’air RGPD à l’époque,
mais il y avait déjà quand même

des grosses problématiques,
que tu as mentionné tout à l’heure,

un peu du jour au lendemain
finalement, on est passé.

de Non, c’est mort.

à, c’est bon, on y va et c’est parti.

Et

ce qui m’intéresse, c’est

d’un point de vue légal,
technologiquement parlant,

on sait très bien que le système légal
est complètement à la rue en général

et j’imagine que ça va être
le cas avec cette techno là et

c’est d’un point de vue
citoyen consciencieux, j’espère que

l’exemple du Google Glass a permis
aux gens de se dire

attendez, il faut qu’on prévoie
ça parce que ça va sortir bientôt

et ça s’est passé sous cette forme là.

C’est sous cette forme là et du coup,

est-ce que tu en sais

un petit peu plus sur le travail
qui a été fait là dessus ?

J’ai des amis qui sont avocat de droit,
qui ont fait des études spécialisées

en technologie parce que je les ai peut
être influencés par cette direction où ils

ont été intéressés pour mieux
comprendre cette partie digitale du monde

qui doit être protégé tout
autant que la partie physique.

Et il y a beaucoup de personnes qui,
en ce moment, sont des avocats spécialisés

dans ça qui en ont fait une vocation,
un métier et une priorité.

Moi,

je me considère comme étant assez
conscient sur ces problèmes là

et dans toutes les entreprises où je
travaille, tous les problèmes qui touchent

de près ou de loin à ce genre
de device ou de technologie.

en tout cas je m’efforce d’amener ces

questions là dans toute la recherche,
dans le design et par la diversité,

inclusion, accessibilité sont

des problèmes qui sont tout
aussi important pour moi.

Mais du coup, la sécurité fait clairement
partie des problèmes éthiques principaux.

Ce que je réalise, c’est que clairement,
le système judiciaire n’est pas à jour.

Clairement, les compagnies qui sont
créatrices de ce genre de device

utilisent le fait que ce soit un problème
marketing pour dire quand ils sont

en train d’y penser et que ce
n’est pas un problème.

Vous inquiétez pas, faites nous confiance,

mais la réalité, c’est qu’on ne sait pas
vraiment grand chose,

qu’il y a beaucoup de choses qui ne sont
pas encore vraiment compris

par rapport à la conscience collective
et qui sont du coup acceptées

et beaucoup de choses qui, en ce moment,
sont des dérives incroyables que les gens

ne réalisent pas encore et vont peut être
se mordre les doigts dans le futur

quand des exemples clairs et précis,
même si je sais que mes amis travaillent

là bas et qui swear devant Dieu,
c’est pas du tout un problème.

Mais pour les device de réalité virtuelle,
les tout récent, en tout cas,

sont capables de faire, par exemple de la
détection et du coup,

de la détection de pupilles et de la
détection de déplacement de pupilles.

On peut faire maintenant une exposition de

design, une application mobile qui a
par exemple un portage virtuel réalité.

On va pouvoir du coup craquer
de la même façon qu’en ce moment.

On traque les traces de doigts
sur un téléphone, à savoir à quel endroit

les gens cliquent le plus sur le
téléphone, sur des sites web mobiles

et le bouton en haut à gauche ne marche

pas très bien parce qu’on pas beaucoup,
on le bouge à droite à le clic est

beaucoup plus intéressant là bas,
donc on bouge le bouton à droite.

De la même façon,
dans la réalité virtuelle,

on peut se dire dans ce site là
ou dans cette application mobile

que ces 360 et que les gens,
pour le regarder partout,

on veut s’intéresser à activer le meilleur
endroit pour mettre de la pub,

me traquer les yeux pour savoir si les
gens sont les plus amenés à regarder.

Et du coup, le tracking,
c’est quelque chose de complètement

la même manière que la personne qui a
ouvert cette bêta comme elle est protégée.

Oui, du coup, il y a sûrement des gens
qui ont mis en place des systèmes.

Il y a sûrement déjà
beaucoup de questions.

Il a peut être en ce moment
des discussions par rapport à ça.

Est ce que ça empêche quelqu’un,
la ménagère de 35 ans qui a 300 dollars

avec le chèque de Trump
d’aller s’acheter l’Occulus Quest deux

en ce moment, de le donner à son fils
parce que c’est marqué

que c’est pour les enfants et qu’il
se connecte ce soir sur le backroom

mais du coup,
c’est le 4chan et le gamin.

tu ne sais pas

si vraiment c’est protégé.

Peut être qu’effectivement,

Facebook fait vraiment
bonne figure et que maintenant,

ils se voient comme des privacy
du VA parce qu’ils connaissent leur

passé et leurs problèmes et que sûrement,
il y a des départements,

même créés à Facebook pour s’occuper
de ça et de leur gagne de l’argent.

Peut être faire ça,

mais est ce que ça veut vraiment
dire que c’est mis en place ?

De la même façon que toutes les questions
sont couvertes, qu’il n’y a pas du tout

une potentialité qui est quelque
chose qui soit laissé de côté,

ce sont ces peurs là qu’on peut
très clairement avoir en tête

et pour ne pas décourager les gens
par rapport à ces technologies, il faut

comprendre que Internet,
de façon globale, tout ce qui a accès

à une couverture réseau

est de toutes les façons quelque
chose dont il faut se méfier.

Il faut être conscient, en tout cas,
de ce qu’on donne comme données parce

que clairement, ces outils sont gratuits,
donne de la data,

est qu’on est en contrôle de cette
adresse, qu’on est capable d’effacer cette

datation si elle a été capturée
sur le canal de données anonymisées.

En tout cas,
si elle est capturée à des fins

professionnelles, marketing ou autre,
il n’y a pas de problème.

Est ce qu’elle est anonyme ?

Est ce que ça peut revenir à moi
en tant que particulier ?

C’est ces questions là qui manquent.

En tant que consommateur, je me force
à propager, à éduquer et à garder.

Maintenant, je ne suis clairement pas
qualifié et je ne suis malheureusement pas

dans ces compagnies pour
savoir si c’est le cas.

Mais ce sont des questions à avoir.

Ce que je pense que c’est
quand même un sacré sujet

et l’idée n’est pas de faire peur,

forcément, mais c’est quand même bien
d’en avoir conscience et se dire OK,

c’est vrai que c’est quand même
des problématiques qui le concernent.

Le consommateur moyen
qui ne sait pas qui ne suit pas

les podcasts là dessus, qui ne suit pas,
qui s’intéresse pas trop aux trucs

et il en a pas forcément conscience.

Ils achètent des choses sans qu’on lui

dise quoi, mais
l’utilisateur y va forcément.

On va forcément lui présenter
les conditions générales de vente ou.

Le tout sur une boutique, OK,
et c’est vrai que c’est quand même.

C’est quand même des problématiques
qui sont intéressantes.

Maintenant, je dis Pierre, donc oui, tout

à faitpour en parler un peu.

Pragmatiquement parlant,

c’était quand même une une démarche
ultra intéressante et ultra.

Comment dire

si ça allait dans le bon sens?

La direction est la bonne nécessaire,
c’est ça et je pense que

c’est vraiment une première
étape vers un monde, un peu plus

un monde digital, en tout cas un petit
peu plus protecteur du consommateur.

Et j’espère que toutes ces nouvelles
technologies vont être

implémentées là dedans
dans les spécificités dont tu parles.

Parce que finalement, là, je d’EPR et
surtout pas par exemple, on me comprend.

Je prends un exemple.
Un petit peu en particulier ont défilé.

On définit en fait les délices de données
qui sont à caractère personnel.

Mais c’est vrai que j’imagine que dedans,
il n’y a pas le tracking des yeux

et qu’en fait, sur mon PC,
en fait, c’est un maxi, je pense.

En tout cas, ça a été mis en place

pour que ça court
comme Naomi et jusqu’au futur.

Toutes ces choses là aussi.

Et l’exemple le plus récent,
je dirais que c’est par rapport à la

Aujourd’hui, je crois que c’est la news
qui sont en train d’essayer de porter

plainte contre contre Apple par rapport
à ça,

parce qui est clairement allumé sur le sol
au pied du mur en mode

tu sur la page la popstar maintenant
à télécharger l’application mobile

Facebook papa d’Instagram
au papa de WhatsApp Facebook.

La liste, c’est un scroll
qui demande beaucoup de scroll

à tout ce qu’ils sont
en train de récupérer.

Mais s’il en est conscient,

en tant qu’utilisateur et que tu sais
utiliser les settings avec tout ce qui va

bien et Luke a raison
et en contrôle de ces données.

Donc.

Ça fait peur.

La question, ce n’est pas juste d’en être

conscient, mais c’est qu’est ce qu’on
en fait et comment nous,

on agit maintenant par rapport
à cette information?

Parce qu’on sait très bien que monsieur
Tout le monde y va lire l’article.

C’est cool, c’est pas
assez pris en compte.

Génial, j’ai plus rien à faire.

Je continue demain matin à se coller à
l’atelier et de temps en temps,

je me demandais
pourquoi j’ai une pub pour des matelas

pour quand je parlais de matelas
hier avec mes amis people.

Jusqu’à aujourd’hui,

les gens sont encore surpris que ce
soit quelque chose qui se passe.

C’est ça qui est plus une question,
je pense intéressant.

C’est pourquoi, malgré que ces choses

soient mis en place pour protéger
l’utilisateur des entreprises ou du mal

être global par rapport
à ces questions là.

Qu’est ce qui est plutôt fait
dans l’éducation pour que les gens de base

se protègent avant qu’on
ait besoin de les protéger?

Et j’aime beaucoup ce point de vue.

Tu te lèves tout de suite,

c’est l’éducation parce que finalement,
tu as arrêté un peu.

Le but de ce podcast, au final, est bon.

Du coup, on va s’arrêter là sur la vie

privée parce que tu sais très bien que je
pourrais en parler pendant des heures.

Donc, on a parlé un peu de terre

mix reality qu’on est ce qu’on peut

rentrer dedans un petit
peu plus doucement, etc.

Et que tu m’as expliqué
un petit peu la chose.

C’est un terme qui est très intéressant
parce que ce n’est pas tout le monde

qui s’accorde d’être
d’accord sur sa description.

Et je dirais même que la réalité

augmentée, il y en a encore beaucoup
qui sont, et avec raison,

en train de dire que ce n’est pas
encore quelque chose qui existe

et qu’on parle plutôt de etudie display

d’informations superposées plutôt
que de vraie réalité augmentée.

Parce que beaucoup diraient que
je te donne un exemple Minority Report.

En Italie, par
exemple, t’es dans ta voiture à ce moment,

tu conduis et sur ton dashboard,
tu as des informations de vitesse,

de décence, de rapidité
du souffle, de ta clim, etc.

Et ces infos là, il y a beaucoup de chance

qu’on essaie de les mettre sur le bord
de la voiture, donc de mettre un écran

dashboard qui est capable
d’afficher ces informations.

Et donc, plutôt que d’avoir l’utilisateur

qui conduit et qui regarde de temps
en temps ces informations là,

il peut conduire et regarder sur la route
directement et obtenir ces infos.

La version normale de ces choses là,
c’est juste en mode Herdman,

c’est à dire pas vraiment ton casque
qui est la voiture qui affiche la data,

mais elle n’est pas en train
d’interagir avec l’environnement.

Cette donnée, elle flotte
et elle suit son champ de vision.

Elle est là.

Pour moi, c’est du Eldad Dislike.
C’est vraiment juste.

Je affiche les choses.

Oui, c’est clair, ce n’est pas
un écran parce que je vois à travers.

Ce n’est pas non plus de la réalité

augmentée puisque
la réalité n’est pas augmentée.

J’ai juste des informations qui affiche
sur un niveau très basique.

On pourrait dire que l’avion a augmenté

parce que j’ai augmente mes informations,
mais en bref, ce serait un écran qui ne

verrait pas que les écrans
seraient de la réalité augmentée.

Aussi, donc,
que le type deux poids, deux mesures.

Là où les gens,
les petits débats des gens,

alors là où les gens disent
la différence en disant mais ouais.

Mais dans le cas de Pokémon Go,
par contre, Pikachu, il est sur le sol.

Il est bien posé, c’est à dire il n’est

pas encore tombé à l’infini dans le vide
et les rats n’ont pas comploté quand

le bout de l’écran et y reste là, surtout
si je me déplace là, je le vois plus.

Et là, je le vois à nouveau.

Donc clairement, Pikachu fait partie d’un

monde, peut être pas le mien,
mais en tout cas qu’il y a une relation

par rapport au mien,
par rapport à temps, distance,

mesure, proportions.

Mais au début, comme Pokémon,

bonne sortie, je sais pas si il y a
beaucoup de gens qui sont en mode.

C’est de la magie, c’est trop cool.

Le premier réflexe de l’humain quand il

voit un Pikachu dans son téléphone,
c’est de l’attraper avec ça, vraiment.

Et là, les gens mettaient leurs mains
et sur les comptes avec

déception que leur main apparaissait
derrière le Pikachu alors qu’ils sont

en train de Pikachu et les crottes
sur leur compte sont réalisé.

Pourquoi Pikachu?
Je ne peux pas l’attraper?

Pourquoi il y a des gens
qui passent devant mon billet.

Tout y passe derrière ces bugs,
mais ça ne marche pas.

Et réalisez pas que, du coup,
le l’occlusion s’est créé.

Un point important quand même
du champignon UVA qui était capable

de prouver qu’il y a des choses
qui passent derrière certaines choses.

Et le concept 3D n’était pas si 3D.

Une fois qu’on voyait dans son téléphone,
ça montrait juste jusqu’à utiliser juste

la base de la erat
qui était vraiment juste.

Je comprends le sol.
Maintenant, j’ai compris le sol.

Je peux passer n’importe quoi dans un
champ de vision et c’est proportionnel.

Mais je n’ai pas encore mis en place
la compréhension de la profondeur.

Je n’ai pas encore mis
en place l’occlusion.

Je suis pas capable de repérer des formes
et de pouvoir dire que cette forme

n’est pas du background, mais quelque
chose qui vient, un petit pas en avant.

Et je suis capable, du coup, de choisir
son niveau de profondeur dans l’écran.

Ces choses là sont maintenant possibles
grâce à Apple et Google.

Et encore, on a mis en place

des commandes via des de la technologie
qui permet vraiment à nos appareils et à

comprendre déjà la donnée qui est reçue
visuellement et pas juste

d’afficher les choses dessus,
mais vraiment de
l’analyser.

Et au début, ça a été d’abord
les objets pour pouvoir comprendre.

C’est quoi une pomme?

On pouvait comprendre c’est quoi,
une table?

Et grâce à la machine
Machine Learning Eye,

on est capable du coup en temps réel,
comme d’identifier des objets.

C’est un petit arrivé au village.

Elle a tout de suite

le marché de l’industrie de la beauté
et s’en est servi tout de suite avec

le vent, la vente de maquillage en ligne
via Instagram et lancé toutes ces choses

que l’on connaît déjà via Star,
Chad et compagnie.

Et maintenant, le corps devant
un être humain de repérer c’est quoi?

Un bras?
C’est quoi, une jambe?

On a même repéré des doigts.

Et aujourd’hui ou hier,
Ultra Deep, qui est une compagnie

de recherche dans ce domaine là.

Un produit qui, dans ses article,

permet vraiment
d’utiliser ses mains et de pouvoir

les repérer dans l’espace et d’interagir
avec son écran avec d’autres choses.

Et aujourd’hui, ils sont capables
de faire l’occlusion entre les mains.

C’est extrêmement ouf!

Parce que jusqu’à aujourd’hui,

les mains chacune étaient compris,
était repérable et l’écran pouvait dire

main gauche, main droite jusqu’à
l’annulaire, index, etc.

Mais dès qu’il faisait ça, c’est quoi?
Ce n’est pas une main?

Je ne sais pas ce qui se passe et du coup,
il ne comprenait plus.

On est toujours en train d’évoluer vers
le full compréhension de notre monde.

En fait, tout ce qui se passe,

c’est juste que l’ordinateur
n’a pas les yeux de l’homme.

Donc il essaye, avec la donnée qui en soit

de la comprendre pour nous afficher
quelque chose qui va jouer

assez magiquement le jeu de
Je suis pas mal avec on.

En réalité,
je ne pousse pas les questions trop loin,

mais si on joue le jeu,
ça marche bien depuis quelques.

À présent qu’il est là.

Et c’est ça la réalité.

Encore incroyable.

La mixed reality, je ne veux pas de parce
que franchement, une fois de plus,

j’allais dire moi, je m’étais
arrêté en réalité augmentée.

J’avais donc je voyais les téléphones
qui étaient capables de prendre des photos

d’objets et de les mettre directement
sur le soft de Photoshop, etc.

Ces clips,

ce clip dégoulinant du truc, mais.

C’était le nom, c’était un truc comme ça.

Maintenant, c’est devenu
Clipboard ou quelque chose comme ça.

L’idée, c’est vraiment

de reconnaître l’objet à travers la photo,
une capture photo 3D et ensuite,

tout simplement, il y a le même concept
que AirDrop ou là où il finit ou pas avant

de transposer cette image
directement dans mon téléphone.

Mais la vraie, la vraie puissance, c’est
que du coup, c’est avant et arrière.

Qu’est ce qui est super intéressant?

On a l’impression d’interagir
entre le monde réel et le monde virtuel,

de communiquer ce que je trouve
tout aussi cool qui était,

je crois, une photo
avec un outil de couleur.

Je suis capable de récupérer
des pixels et de dire OK.

J’ai pris une photo de quelques bêtes

et maintenant, je me dirige vers ma lampe
Philips qui peut changer de couleur.

J’appuie sur un bouton et hop!

De la même couleur que que ma bouteille.

Et du coup, je peux

appliquer les couleurs digitales
et les mettre dans le monde réel.

Du le même concept.

Mais du coup, pour eux,
si on revient sur ce que tu expliquait

juste avant
ce concept de copié collé de réalité

augmentée, c’est un peu la même chose
dont tu parlais avant.

Sauf que la différence,
si j’ai bien compris, tu me rattrape.

Si je dis des bêtises.

Là, dans mon exemple, c’était

une prise de photo qu’on prend
et qu’on balance sur Photoshop.

Et toi, c’est vraiment.

On prend en 3D l’objet
et derrière, on permet.

Ça permet de le ramener
dans un logiciel 3D.

Est il ce type Typekit,
Unity ou Blender et etc.

Exact.
C’est un tube à l’envers.

Parce que si on voulait faire

de la réalité augmentée avec de la 3D,
du coup, Le GAC a créé le show.

Par exemple, pour Mango,

il a designer avec son logiciel 3D
comme tu disais, Blender Cinema 4D Maya.

Tous les logiciels 3D qu’on utilise
jusqu’à aujourd’hui,

comme Pixar et Disney, l’utilisent pour
faire leurs films ou dans les jeux vidéo.

Des engins comme Unity
and We Are utilisent

ces logiciels, créent des modèles 3D

et ces modèles ne sont pas des points
JPEG ou des points HDR ou des points PNG.

Ça va être des points OBIGIES,

des points JLT Des points USB qui sont
des mots qui veulent tout, tout.

Autant dire la même chose
sur des modèles 3D.

Il va avoir soi de la texture,

soit de l’animation, soit quelque chose
qui vient avec, pas juste la forme.

Maintenant, ce modèle, cet objet,

va être tout simplement
compris par R-Type ou Google.

Et par ton téléphone
qui lui va te dire OK, ton modèle.

Il a été créé dans un logiciel,

il a une taille en centimètres
ou un millimètre et dans le monde réel,

on va essayer de transposer cette
donnée pour que ça fasse du sens.

Grâce à l’accéléromètre de ton iPhone,
grâce à des capteurs de données capturées

par la caméra de l’iPhone,
on est capable de mesurer le monde réel

et en temps réel, comme on
l’a l’afficher dans la vue.

Mais comme on a scanné le sol et
on est capable de dire où est le sol et à quelle distance on est du sol

Faire en sortes que c’est proportionnellement soit positionné
et que par rapport à ton l’accéléromètre

et la position américaine par rapport à X,
Y, Z, on garde la magie.

On a l’impression que l’objet est

dans la vie, mais tout ce qu’ils font,
c’est vraiment juste afficher de la 3D

ou afficher un objet et de laisser
la caméra montrer le reste de la vie

pour que ça fasse comme si,
à travers les lunettes,

la région n’était pas

là où il y a la palpable
dignité de la chose.

On n’en est pas encore là.

Et c’est là où la mixed reality devient

quelque chose qui amène
à cette complexité là.

Parce que la mixture Arletty, vraiment,

permet l’interaction avec la clientèle
au lieu de juste afficher de la donnée.

Maintenant, on interagit avec elle,

capable de changer,
par exemple la direction de la lumière

ou de prendre en compte
les interactions qu’on peut avoir avec sa

main et de pouvoir manipuler l’objet
en temps réel, de le faire voter,

de l’agrandir, de le faire réagir même
à ce qui se passe dans l’environnement.

Et c’est pour ça que le terme Sexuality

est sorti différencier de la R
de base qui rendrait un truc magique.

Donc, du coup, si je
sais, je casse un peu le process

pour pouvoir, pour le rendre
plus intelligible pour moi.

Je prends l’exemple de piller tout.

Du coup, je fais mon Pikachu
sur mon logiciel 3D.

Je lui donne les bonnes dimensions, les
bonnes couleurs, les messages, j’essaie.

Je fais en sorte qu’il
soit pas bleu et jaune.

Et puis je me dis voilà,
j’ai mon paquet et mon paquet de 3DS.

Et ça, c’est mon Pikachu.

Il fait, elle forme, j’ai dessiné en 3D.

Du coup, c’est ça un logiciel 3D.

C’est comme ça que tu fais ça.

Et du coup, derrière,
j’envoie ça sur le téléphone.

Téléphone à ses process,
ce qui fait qu’il est capable

de comprendre les extensions dont je
parlais et il va les transcoder avec.

Ah oui, d’accord, il va aller, il va faire
et il va faire une computation.

Je n’ai pas de mots en français
avec son avec le téléphone.

Le téléphone prend les données

du téléphone et les données de l’objet 3D
et il les met en fonction.

Du coup, c’est en fonction de du sol.

Il analyse le sol ou est ce qu’il est?

A la base même de ce que fait Haymarket
ou encore, par exemple,

c’est de scanner en premier,
quand tu vas essayer de manipuler un objet

3D, ils vont me dire
que ta caméra déjà OK, la caméra.

Et si tu vas devoir bouger
un petit peu ton téléphone.

Tous les gens qui vont jouer à Pokémon Go,

ils ont eu ces petits moments
où ça ne marche pas tout de suite.

Et il y a un cercle
sur le sol qui se dessine.

C’est la base du hasard.

C’est vraiment

pas quelque part.

Une fois quitté le sol,
on peut aller dans la complexité,

mais juste avec le sol déjà planète
tout en objet 3D dans ta vie.

Comment est ce qu’il arrive à
identifier la hauteur où tu vas?

Quel est ton Pikachu? Et en fonction de
ton bras, en fonction de l’accéléromètre?

L’accéléromètre est le remède qui est
juste un ascenseur prêchi prêcha extrême.

Ça permet de savoir en tout temps.

l’iPhone, il est là.

Il est cinq centimètres plus haut,

il est incliné, repassons X 90 degrés,
C° 90 degrés, 90 degrés

et du coup, je me lève à 5
km heure, va à 30 km heure.

Toutes ces informations là permettent

à l’accéléromètre de se positionner
dans l’espace humain physique.

Cette donnée très précise,
car c’est très précis.

Un accéléromètre sera réutilisé pour faire

ce qu’on veut si je sais à quelle
distance je suis du sol.

Vitesse je me déplace
et dans quelle orientation je suis.

Du coup, les distances par rapport
à n’importe quel objet que OK.

En gardant cette distance égale

par rapport aux mouvements de la caméra
et du bras de la personne qui déplace son

téléphone,
on peut garder l’illusion que l’objet a

la même distance et que sans moi que je me
déplace reste dans la nuit et que même

quand je ne regarde plus,
il y soit toujours quand j’y reviens.

C’est incroyable ce que, du coup, c’est
ce que j’imagine que du coup,

chaque Pokémon a un espèce de GPS aussi,
en plus ou se fixe.

Dans le jeu Pokémon, mais non, après,
tu peux aller plus loin et te dire ben je

ne veux pas que cette soit juste debout,
débile comme ça.

Et puis il bouge plus.

J’ai envie que ça soit un oiseau qui vole,
par exemple dans la pièce.

Du coup, il y a des gens qui sont
allés plus loin avec le conseil.

Ils ont fait pareil.
C’est cool.

On va faire un fête qui Animate,

qui va avoir un chemin, par exemple,
un petit oiseau qui va faire 360 degrés

sur une distance de 3 mètres et il va
faire ça en boucle, son point local.

Cette animation ne bouge pas,

mais l’objet qu’on voit
sur l’animation bouge se déplacer.

L’animation, l’objet bougerai avec,
avec mon déplacement, de l’animation.

Et ce serait un peu comme ça.

À 88 ans, donc, j’ai laissé là,
abstrait, le vrai Pikachu.

Il est juste invisible
et l’oiseau qui est en autorité,

l’impression qui bouge,
même si ensuite chaque

objet se déplace pour grands
oiseaux, y restera.

Il sera ici.
Le problème, c’est que

je disais à l’époque,
c’est qu’on ne voyait que le sol.

On n’arrivait pas encore
à repérer les murs, par exemple.

La verticalité, c’est arrivé
un an après, je crois, donc.

Un an après que ça donne quelle année?

À peu près un an après 2018 2017? Donc,

c’est de là que Pokémon,
ça a vraiment besoin en 2017.

Un an après,
et du coup, avec des appareils

de jeu de base qui permet
d’éviter au delà de Pokémon Go.

La sensation que j’utilise parce que c’est
la référence, c’est que les gens vont.

Il y a plein d’apps qui sont sortir,

comme Ikéa qui permet de mettre
des objets dans ta maison.

Nike te permet de tester des chaussures

dans tes pieds, mais à des gars qui ont
essayé tout de suite de faire buzz.

Je veux par exemple changer la peinture

sur mon mur et du coup,
la verticalité, ça ne marche pas.

Tu pouvais pas afficher un truc qui reste

vraiment plein sur le mur
parce que tu bouges un peu.

Ça suivait ou ça glissait
et il y avait des bugs.

C’est juste parce qu’en et archaïque

et encore n’avait pas encore
analysé que c’est un mur.

Et de dire OK, on peut stocker des trucs

dessus, maman,
là où ça a évolué, c’est qu’on a également

115
00:35:26,720
–> 00:35:31,100
l’horizontale, la verticale
et le Object Recognition d’Altarea

Object Recognition, mais là,
qui a plus besoin du sol ni même

du contour du prestige pour être traqué?

Quelque chose par rapport à une image,
par rapport à une forme.

Au début, ça a été les QR codes parce

que c’était du coup la chose la plus
spécifique qu’on peut traquer.

Et là, on disait à Ben je vais prendre
une image qui est assez éclectique,

comme par exemple cette image,
et je vais dire que ça, c’est mon seul.

Maintenant, si dans la vraie vie,
on déplace ce truc

en objet 3D qui est un Pikachu avec
stickers dessus

et non du bois sticker du coup sur des QR
codes, des choses très intéressantes

qui peuvent elles aussi être
Animate et garder leurs points.

Mais leur GPS pour la tâche est vraiment

le QR code qui était
le seul pour l’interface.

OK, je comprends mieux.

Du coup, c’est ce qui est
expliqué tout à l’heure.

OK, super.
Donc, en fait,

c’est ton point de référence qui est
différent et qui est en fonction.

OK, d’accord, c’est

faisable

et ça évolue maintenant aux formes.

Là où c’est un sticker plat qui était

en référentiel, maintenant, on est capable
de dire mon visage et le référentiel.

Donc là, si je suis un designer

de Facebook, Spark et Art, et n’importe
qui peut l’être, le logiciel est gratuit.

Pour l’installer, vous pouvez jouer avec.

Dans ma vue 3D de mon logiciel 3D ou je

design à l’indice qui fait grossir
les yeux ou changer la bouche.

Mettre un lion sur mon sur ma tête,

je vais designer tout ça,
mais par rapport à un espace 3D qui est

vide,
quand je vais ensuite l’intégrer dans un

filtre Instagram, il va falloir
que dise C’est quoi ton sol?

Du moins, c’est quoi, ton visage sale?

Que je puisse attaquer mon truc dessus
et de comprendre.

C’est quoi, un vidage?
C’est important pour le centre

de la caméra parce qu’il ne sait pas
repérer les yeux et le nez à ton filtre.

Il pourrait être décalé.
Il pourrait ne pas marcher.

Et comme au début,
c’était beaucoup d’hommes blancs

de la Silicon Valley
qui faisaient ces tests là.

On peut comprendre qu’au tout début

des filtres, ça marchait pas très bien
sur les personnes pauvres

ou tout simplement qui ont
des visages très différents.

Les Asiatiques, au début,
ça ne marchait pas du tout l’air

et les Noirs non plus.

Donc il a fallu de la diversité,

même dans le modèle qui a été entrainé
pour le machine learning,

pour pouvoir reconnaître mieux les visages
humains dans leur diversité complète,

pour que pour tout le monde, on puisse
s’amuser sur Snapchat et Instagram.

Et du coup, on rebondit sur le problème
d’inclusion des différents genres.

C’est

pareil pour les modèles parce qu’on ne

peut penser à l’accessibilité
pour les handicapés et les personnes

qui ont un soleil ou qui n’ont pas de
pousse, comme on reconnaît leurs mains.

Et c’est beaucoup de questions qui,
en ce moment

encore très haute et très,
très, très débattent.

Parce que oui, on essaie d’inclure et on

dit c’est bon, on est
un garant de la crédibilité.

C’est pas pour autant qu’on va investir

dans chaque projet autant d’argent
pour toutes ces choses là.

Du coup, il y a quand même des choses
qui sont laissées pour compte.

Malheureusement, encore,
comme dans la vraie vie encore,

il y a des buildings qui n’ont
pas de rampes d’accès.

On en 2021,

c’est un coup, c’est incroyable.

Des problématiques que je
n’avais pas du tout.

En fait,
je me rendais pas compte à quel point ça

pouvait être quelque chose
de réfléchi à ce niveau là.

Et essayer, en fait, c’est ces gens
à l’ordinateur à pas être

pas discriminant comme ça.

Incroyable.

C’est incroyable.

Je suis assez fan de la réflexion
et de tout ce qui se passe là.

Et ça vient souvent des personnes qui vont

être des coups bas prix
ou laissés pour compte que ces réflexions

soient augmentés, donc d’avoir
de l’inclusivité dans le marché de la.

D’avoir du coup un meilleur recruiting,
plus divers,

ça a amené des personnes comme toi et moi,
qui viennent peut être de background

différents et qui ont pu apporter cette
réflexion, par exemple la Silicon Valley.

Pendant longtemps,
ils n’ont pas eu beaucoup de Français,

donc de juste avoir quelqu’un qui parle
une autre langue de bois dans le

langage processing a ajouter des lettres
en plus de la complexité par rapport

à leur langue, puis ramené du coup
une réflexion très différente sur.

Mais c’est vrai, c’est un problème.

De la même manière que la couverture

réseau en expert est très inégale
sur le monde entier, inégal.

Et donc, du coup,
il y a des zones comme le Brésil où

ça marche très pas du tout,
Internet et des couleurs.

C’est à dire que tout est basé maintenant

sur le pouvoir donne 10 méga à la seconde
pour avoir une expérience correcte.

Wow!
Ils ont toujours du 512 kbit expérience.

Elle est pas bonne.
Et donc, du coup,

tous les projets de couverture réseau
ou ce qui se passe maintenant.

Est ce que ces compagnies, pour pouvoir
mettre une couverture Wi-Fi,

de faire que la wi fi n’est presque
un besoin basique du monde,

vient avec le fait que la technologie
évolue beaucoup et que si de base,

t’as pas de rapidité, Internet
n’accède pas au reste des expériences.

Donc, tu es vu comme moins
qu’un humain, entre guillemets.

Donc, ces projets là ne viennent pas
souvent dans la réflexion direct

c’est cool d’avoir une connexion au Brésil,
pendant longtemps on s’en est foutu que le

Brésil n’est pas entrée
à l’internet rapide.

le fait qu’ils n’ont pas Internet rapide,
ça fait qu’on ne peut pas leur vendre

les mêmes produits que là
ou les gens Internet rapide.

Et ce serait bien qu’ils aient Internet

rapide pour qu’ils aient
les mêmes produits.

Et que demander de l’argent et coûts,
de l’inclusion et la diversité.

C’est pour ça que je le vois toujours avec

deux poids, deux mesures,
parce qu’il y toujours là.

On se veut comme une compagnie qui prône

ça,
mais on sait que la France a un but

marketing produit et ça vient
pas forcément d’une douleur.

La personne n’a eu besoin de s’en

plaindre, de la mettre
à la lumière du jour.

Pour que ce soit quelque chose
de réfléchi et de client.

Incroyable, incroyable tout ça.

Ce que c’est vrai que c’est des dimensions
que je n’avais pas forcément.

Et et c’est l’individu lambda, il se pose
pas forcément des questions là dessus.

On réalise juste que maintenant,

Moi qui suis un petit peu dans le milieu,
pas du tout, quoi,

je pense.

Quand on était à l’école,
sur les bancs de l’école,

ce c’était pas du tout les premières
questions que je me posais non plus.

On est encore dans le Pikachu,
dans mon téléphone, avec leur

corps.
OK, incroyable.

Est ce que tu pourrais me faire une petite

ordre chronologique des différentes
technos qui sont sortis?

Tu sais, en fonction des timeline,
que j’arrive à pas les années à peu près.

J’imagine que t’as pas tout supérieure.

Mais

si,

pour faire un vraiment l’identification
entre ce qui s’est passé,

les premières fois qu’on en a entendu
parler et ce qui se fait aujourd’hui,

j’imagine, et bien au delà de ce
que j’ai vu, que j’ai pu conceptualiser.

Alors, si on devait faire une frise

chronologique de la techno,
ce serait un vrai bordel, dans le sens où

il y a des choses qui, très récemment,
sont revenues au goût du jour.

Mais en fait, ça fait des années qu’elles
ont existé ou qu’elles sont étudiées.

La question devient plus

willys tumeur ou bien entreprise,
ou bien les labos de recherche.

Lorsque, par exemple,

j’ai passé l’année dernière à travailler
en haptiques sur Immersion, à découvrir

le sens du toucher,
les activités vibrationnelle,

ce concept de température
et toutes ces choses.

Avant, je savais que ça existait peut être

dans certains appareils petit
électroménager, des choses comme ça,

mais en aucun cas,
j’imaginais qu’il y avait de la recherche

là dedans et je réalise qu’en fait, plus
de 30 ans réalise la réalité virtuelle.

Ça fait cinq ans que je suis vraiment
dedans, à 100 cent que je découvre.

Les nouveaux appareils sont sortis.

Mais quand tu regardes

la forme industrielle de
recettes et comment ils évoluent

et que tu ensuite fais un petit peu
de recherches pour regarder,

c’était comment dans les années 80,
les années 70, etc.

En fait, on retourne un cycle
et il y a vraiment eu un cycle de Heike

au niveau de la bière,
par exemple, respectivement la.

En tout cas,
ou ça a quasiment explosé dans les années

80 et ensuite ça a
apparemment très bien marché.

Tu peux couler le mobile,

ensuite passer par dessus bord,
mais oublier que la bière, ça existait.

Monsieur Tout le monde n’avait aucune idée

que ça a jamais existé jusqu’au jour où
Google est revenu avec un Cardboard

ou Oculus est venu avec son
Oculus Rift à l’époque

et que du coup,

maintenant, on serait
intéressé à cette technologie.

Elle envoie, explose, on l’arrête.

Elle n’est toujours pas acceptée

comme consumériste, sauf l’année dernière
avec Facebook, qui a réussi à en vendre

énormément grâce un petit peu
à la chance de Kevin aussi.

Donc, il y a beaucoup de scepticisme
par rapport au marché.

Donc, si je dois faire une crise,

on va dire que la réalité virtuelle est
revenu un peu au goût du jour entre 2014,

2015 et 2016 grâce à Oculus,
qui a été rachetée par Facebook

qui maintenant est une compagnie big
Facebook de la même manière que Instagram

et une compagnie de Facebook, ou que
WhatsApp est une compagnie de Facebook.

Mais en parallèle,

c’est supporté par beaucoup de petits
acteurs moins connus ou qui maintenant

sont très connus, mais qui, à l’époque
n’étaient pas aussi populaires.

Et à Google Cardboard,
qui a permis d’avoir,

via Chypre par exemple,
ce que ça coûtait, 20 dollars en carton.

C’était ça.

Le but, c’est de faire quelque chose
de très accessible et de très type.

Ce n’est pas de la grosse qualité, c’est
du billard lorraine, vraiment pas du 4K.

Il faut pas s’y attendre,

mais ça permettait à n’importe
qui de boire du expérientiel.

C’était quoi les vidéos 360 expérientiel

des petits jeux vidéo en webex
par jour sur des navigateurs Internet?

En terme de réalité augmentée,

il y a eu beaucoup de tests qui ont été
faits dans le passé, il y a 10 15 ans.

Et ce n’est pas jusqu’à ce qu’on arrive

justement à trouver une espèce
de consensus sur le format ou le modèle

des fichiers 3D qu’on
n’a pas réussi à créer.

Des modules comme eMarketer Hard Core,

qui sont la Fondation du nouveau et art
entre guillemets compagnie comme Unity,

qui ont vraiment facilité la chose,
à savoir Ranging, qui possède 75 des

applications et des jeux,
et Arbia dans la planète.

Donc,

il n’y a pas eu l’angine et que la Ville
ne pouvait pas déployer les applications

sur les téléphones mobiles Android,
iPhone et Microsoft, etc.

On aurait quasiment eu aucune recherche
fait dans la chose, donc

les choses sont arrivées un petit peu
par hasard, par accident,

mais en même temps au bon moment,
pas par coïncidence aussi.

Et et ça a amené le marché
qu’on a maintenant.

Ce qui est intéressant,
c’est pas nécessairement l’ordre

dans lequel les choses vont arriver
dans les 10 15 dernières années.

Parce que, comme je le disais,

à peu près toutes ces choses là ont déjà
été découvertes par des gens très

intelligents il y a 20 ou 30 ans qui
maintenant sont soit à la retraite, soit.

L’âge de la retraite,
soit essaye encore de relancer leur

compagnie et de l’hypermarché,
mais on s’entend.

C’est la fin de leur carrière,
de ce certificat

et ils sont pour la plupart très aigris
parce que ils n’ont pas assez de 60 ans

de leur vie à se dédier à cette techno
qui n’a jamais vu le gout du jour.

113
00:45:15,910
–> 00:45:18,560
En tout cas pas dans le consumer et qui,

en entreprise, ont toujours été vus comme
captifs et sait que ce n’est que récemment

que, du coup, l’entreprise boums
complètement dans le billard et le réa.

Ce qui m’intéresse plus,
c’est la frise chronologique de

ou 3 dernières années jusqu’à
les 10 prochaines années.

Intéressant parce qu’on a déjà un yacht
déjà très facilement savoir

ce qui s’en vient à peu près en
avant avant de rentrer là dedans.

Est ce que tu peux m’expliquer un peu ce
boom là dont tu parles? Parce que je

visualise pas très bien
ces Pokémon Go? Ça, c’est l’Oculus.

C’est un mélange de plein de choses,

c’est beaucoup Oculus,
c’est beaucoup des plateformes de

jeux vidéo et de productivité app.
Pourquoi Oculus, du coup?

Pourquoi?

Juste parce que c’est eux qui ont
amené un titre à un prix accessible.

Quand le problème devient, c’est souvent,
ça a toujours été le prix.

Comme si c’était toujours un ordinateur.

Déjà, fallait mettre
entre 500 et 1000 euros.

Ensuite, ça nécessite d’être forcément
à la tête de 200 à 500 euros.

Et pour certains, ça arrive
dans le mille et quelques.

Donc très compliqué pour eux,

pour des gens qui achètent des consoles
à 200 300 euros de le dire.

Je vais mettre 1500, mais je
n’aurai pas les jeux que je veux

puisque je me souviens à l’époque.

Et moi, je regardais ça.

Il y avait l’Oculus et le HTC Vive
si je me souviens pas

exactement.
Et du coup,

j’avais l’impression que d’un point de vue

qualité, le HTC Vive
était un peu au dessus.

Et finalement, c’est
tout ce que j’entends.

C’est Oculus qui a l’air d’avoir quand
même gagné la guerre ou la guerre.

Maintenant,

c’est vrai, on peut dire qu’ils ont gagné
la guerre clairement au rachat de Facebook

parce qu’à cause du deuil de l’empire,
que Facebook et ça fait que maintenant,

c’est imbattable, c’est le quest
de très nombreux.

Je vais finir, je réponds
à ta question avant.

Effectivement, c’est vraiment le prix

d’entrée qui a défini pourquoi ces choses
là ont explosé au moment où ça a explosé.

Même si le fait que les plateformes

étaient faites pour les développeurs,
la même manière que l’iPhone,

ce n’est pas juste le prix de l’iPhone,
ni les technologies qui sont dedans

qui ont fait qu’il a explosé,
mais un mélange de plusieurs variables,

et notamment le prix auquel il était
vendu, l’année auquel elle est sortie.

Et vraiment, ce qui fait que l’iPhone
est populaire et l’AppStore.

C’est à dire que s’il n’y avait pas

d’applications à télécharger dessus,
ce truc là ne serait pas acheté en ce

moment parce que les gens n’achètent
pas pour la dernière caméra.

Ou des choses, peut être.

Maintenant, oui, ça influence beaucoup
le consommateur, mais si tu leur dis tu

n’as pas Instagram dessus,
ils vont arrêter de l’acheter.

Donc.

On peut comprendre que quand

Tipping a sorti Auto Tune,
que le groupe

Ninja Antifouling Ninja Coeur,
toutes ses aplats qui ne sont au début

qu’on se rappelle tous,
ont été déjà des monstres.

Vraiment marketing pour le pire,
les plaques pour les device.

Ben quand a eu un App Store qui permettait

de rémunérer le développeur,
de les convaincre d’avoir une plateforme

sur laquelle il peut développer
de ex-coach, il était mis en avant autant

par Apple que l’iPhone que vraiment,
le but, c’était là pour vous.

Il y a une plateforme pour développer
dessus et créer Ozap.

C’est libre.

Vous pouvez les vendre,
faire de l’argent avec.

On est là ensemble.
Et le consommateur?

Du coup, il est heureux parce qu’il
achète un truc et il a des choses dessus.

Et on le comprend maintenant.

Parce que le combat
de boxe boombox des gens,

ils ont choisi la console
par rapport au jeu qu’ils veulent.

Je ne suis pas par rapport à ce que la
console fait et sinon ça aurait été.

Xbox aurait gagné le combat récent
pour le dire sur le long terme,

Xbox va gagner grâce aux Netflix du jeu
vidéo par rapport aux services de jeux

vidéo qui vont offrir,
mais à court terme, le coeur des gamer.

Il est dans les jeux PS3 et pourquoi?

C’est parce que la console n’est rien

sans sa plateforme de développement,
sans son AppStore, sans son game store.

Donc, pour les Oculus et compagnie,
quand ils sont sortis, le fait que Steam

donne l’ordre des choses via le fait qu’il
y a eu Oculus SDK qui soit sorti

et qui permettait
de s’adonner à des jeux qui pouvaient

développer toi même, soit pas propre,
propre à deviner directement de le publier

sur la Toile et en disant j’en ai fait
un Android en gros avec un écran.

Donc oui, c’est de la l’IA,

mais vous pouvez tous l’installer
en allant sur le store et amusez vous

à un peu libéré si tu veux le marché,
alors qu’avant c’était dit

les gens dans des laboratoires
de recherche très geek qui étaient vieux

dans leur truc de geek qui n’en parlait
pas, que tout le monde

ne savait pas c’était quoi un iPhone,
alors clairement, ça l’est encore moins.

C’était quoi les premiers
appareils dans les années 80?

C’est vraiment un mélange
de ces choses là.

Je dirais qu’il a bien marché.

Du coup, il y a une sacrée corrélation

entre l’accessibilité de tous les
utilisateurs et surtout aux développeurs.

Finalement, parce que c’est qui est
que ceux qui créent les communautés,

pour moi, c’est le backbone
de toute techno.

C’est

d’un autre développeur,
ce qui est une liberté.

Et tu regardes des choses
magnifiques

parce que c’est surement ça que j’observe
dans tout ce que tu me raconte.

C’est une fois qu’on a ouvert, enfin
qu’on a baissé le niveau d’accessibilité

1
00:50:0,240 –> 00:50:01,600
du dveloppement, le ticket d’entrée
pour pouvoir développer une application

en VR et justement,
je voulais en parler à peu après,

c’est ce j’ai l’impression que c’est
là où ça a vraiment explosé que ça.

Et c’est rendu très intéressant
d’observer ça comme ça.

Je me fais ma réflexion aussi en même
temps parce que tu sais, je préconise,

j’ai réalisé à apparaît aussi quand je me

suis dit Tiens, je vais faire
une nappe en verre, on fait comment?

Et du coup, j’ai dû apprendre
comment savoir coder.

Un développeur, je fais comment?

Et unifier est arrivé.

Oui, si tu connais, tu peux faire
des trucs très poussée, très cool.

Mais si ce n’est pas codé,

il y a des modules en drag and drop,
il y a des tutos sur Internet.

YouTube est là pour toi et tu peux faire

ton jeu vidéo si tu prends
le temps d’apprendre.

Et et donc tu peux effectivement créer
aujourd’hui gratuitement,

installer les bonnes, les bonnes affaires,
le bon ordinateur sur le haut et passer

le bon moment dessus et à la fin,
pour être une application ouverte

et une des choses qui a
vraiment révolutionné la vie.

En tout cas, récemment, pour moi,
c’est la fin de ces machins là.

Lesquels?

Donc, le Rift, c’est l’oculus
et le vive et toutes ces choses là.

En plus d’avoir besoin de trackers
externes, donc d’avoir des device même

dans la pièce, qui sont capables
de te positionner dans l’espace,

il a besoin de câbles et de batterie
et de beaucoup de choses.

Et le processeur de la carte graphique

de l’ordinateur parce qu’il n’était pas
directement le casque qui générait tout.

On a très vite ensuite arrivé,
pas très vite.

Ça a pris un petit peu de temps,

mais on est ensuite arrivé à l’évolution
de l’Oculus jusqu’à l’Oculus Quest.

En fait, on pourrait passer de l’offre

de l’Oculus Go juste avant,
mais elles se sont vu maintenant comme les

les iPhone de la Vita
parce qu’ils sont arrivés avec

Facebook Oculus Store,
qui est un peu la star du NIA.

Si tu n’es pas sur cette histoire là

et dont je n’ai pas su ou pu sur Steam
où tu es sur des plateformes illégales

comme celle de l’Ouest illégal
prônée par les compagnies, le backup?

Guère.

Il y a du coup, dès qu’on a donné

à Monsieur Tout le Monde
un prize plus intéressant 399 dollars

et en euros, du coup, on s’offrait de 350
tonnes pour quelque chose comme ça.

Et que la plus?

Parce que si tu as une telle suite
en train de se battre contre le jeu vidéo,

puis tu tiens sur le mur, c’est pas cool,
ça arrive à beaucoup de gens.

Là, ça va être très, très, très vite

montré que ce device n’était
pas juste un truc complexe.

En fait, dès qu’un truc est encore
connecté à un câble, c’est compliqué.

Mais quand même, le câble, là, ça fait.

Or, c’est comme une Game Boy, en fait.

Et là, les gens, ils commencent à voir
le device comme un jeu vidéo

et comme le vieillard en entreprise,
il n’y a pas eu de problème.

Ça s’est vendu, mais en consumers,
ce n’était pas encore ça.

C’est quand c’est vraiment devenu
une machine qui peut faire tourner

des jeux que ça a commencé
à prendre de l’engouement.

Oculus a beaucoup

occupé là dessus et et aujourd’hui,
ils font partie des gaming devices.

Ce n’est pas 2027 comme les autres.

Effectivement, il y a la même
manière que sur la Nintendo Switch.

T’auras pas des jeux de chips et avec

autant de graphismes, quoi que ça
devient de plus en plus intéressant.

Il y a The Witcher sur Switch,
par exemple,

mais sur l’Oculus,

il y a des jeux qui se veuille tripler,
mais ils sont pas encore vraiment là.

Ça nécessite encore un câble, par exemple.

l’Oculus Quest peut, avec un câble,
devenir comme le Rift,

un device qui va utiliser la puissance
de l’ordinateur auquel il est accroché.

Et du coup, tu vas pouvoir jouer avec

des jeux beaucoup plus poussés
comme Alf Life Alix qui est le premier,

tu peux le dire, en vigueur,
qui est un jeu vraiment très complet,

très puissant, qui tourne avec
des graphismes de balade dans ton casque.

Donc que du coup, si je comprends bien ton

Oculus quest a ta boite a
aucune connexion un PC.

Alors, une marche comme celle là,
il y a trois heures de batterie,

je peux partir dans l’avion et j’ai déjà
fait trois heures de batterie lithium

parce qu’après trois heures,
t’as mal aux yeux.

C’est quand même pas mal

et c’est quand même assez âgé.

C’est à dire que là,
ce n’est pas le cas non plus.

Mais la qualité des jeux dessus et

pour moi en tout cas,
bien suffisante pour pouvoir le nommer

comme un diesel digne de ce nom,
au prix où il en est et au niveau d’entrée

où il en est, on peut dire
que c’est l’iPhone du vraiment.

Ça a pris du temps à ce
que les gens affirment la chose.

Moi, je n’ai pas honte à le dire parce
que plutôt qu’on est pas encore l’iPhone

4S du du hiérarque,
mais clairement l’iPhone, en tout cas.

Maintenant, la question, c’est.

Qu’est ce qui a aussi été
un autre facteur de son empire?

Et là, j’ai envie de parler de Degryse of

Freedom très rapidement,
comme tu le sais peut être,

et de la même manière
en parlant de l’accéléromètre.

Ce device a un accéléromètre pour être
capable de tout positionner dans l’espace.

Donc, lui, il est capable,
en positionnant sur ta tête,

de savoir si tu fais un rôle du beau jeu
sur la BX, si tu tilt ou si tu recadre.

Il voit aussi du coup, tant au niveau
de l’auteur par rapport au sol.

Ça, c’est ce que Locus Got faisait.

Du coup, j’étais assis sur mon ordinateur,

j’ai utilisé le jeu et
pour avancer dans le jeu,

il fallait pointer et avancer
ou utiliser un clavier, se déplacer.

Mais ce n’est pas toi qui marchait

dans une pièce, c’était
le casque qui se déplaçait.

Le casque ne bougeait que la tête
dans toutes les directions.

C’est génial.

Et du coup, tu as trois degrés X, Y, Z,
ce qu’on appelle le suivi 3D.

Trois degrés de Freedom, c’est génial,
mais c’est vraiment merdique.

Couturière des jeux vidéo
immersifs, surtout.

Que ce n’est pas juste tant ton téléphone,
c’est le champ de vision.

C’était un petit peu mal de mer
et on a peur des hauteurs.

C’est très facile de gerber quand ton
corps bouge, mais ton cerveau,

il y en juste pas que c’est
en train de bouger tes pieds.

Il sait que t’es assis, mais pourtant,
la vue est en train de bouger.

Là, tu gères.
C’est exactement
ça, le bain de mer.

C’est de ne pas comprendre que le bateau

avance dans le bateau,
on est dans l’inertie.

On ne se rend pas compte qu’on avance,
mais on regarde dehors et on voit

les vagues qui avancent
et on fait envie de vomir.

Il y a un petit déconnectent
la même chose,

donc il y avait un besoin de comprendre
aussi les déplacements humains.

Mais le même besoin devenait aussi
un risque, ou du moins un blocage.

Parce qu’on se dit oui,
mais en même temps,

on va pas mettre des gens avec un casque
qui leur bande les yeux littéralement

et leur demander de se déplacer dans leur
maison ou dans la rue, ou n’importe où.

Donc, il y a un besoin de comprendre

à quoi doit ressembler l’expérience
de déplacement dans un jeu vidéo via

est ce qu’on veut vraiment avoir ce degré
de freedom? Est ce qui va rajouter

un intérêt? Ou est ce que c’est
juste pour pallier à ce problème

de liberté de mouvement et de mal être?

Et en fait, en faisant les premiers tests
de steaks d’iode qui n’ont pas,

prenez le Xperia Z de la tête,
mais également du device en lui même

par rapport au sol et donc de pouvoir
le déplacer sur le corps.

On a pu créer cet Oculus Quest qui est,
à partir de l’Oculus Go,

le vrai device VIART individuel parce que
le Gossart n’avait pas besoin

de câbles, mais il ne
voyait que la tête bouger.

Le reste, il peut bouger ton corps
et donc entrer dans ton salon et que tu as

défini ta zone de jeu et que tu sais
que tu as jouer dans cet espace.

C’est que, comme on l’a dit,

il y a d’autres petites feature
qui permettent de ne pas se cogner, etc.

Seul quest qui va être capable de voir son
déplacement dans l’espace

tout autant des rotations et des
mouvements de tête que tes pieds?

C’est sûr, il ne crache pas tes pieds.

Si t’es en train de bouger,

tes pieds sur place ne va pas réaliser
que tu bouge le casque seulement réaliste,

ce qui bouge ou pas, mais ça suffit
pour l’illusion du mouvement.

Et donc, du coup, pour les jeux qui font

ça bien, ça élimine pour beaucoup
de gens le mal de bugs.

Et 16 octobre, donc, en fait,
on a sorti toute une techno.

Donc si je comprends bien, c’est
finalement rajoute une autre dimension,

c’est à dire que tu à la dimension de ta
tête, à la dimension physique de ton cas

et en a rajouté les dimensions
du corps pour éviter ce

mal de mer avec lequel on
peut se retrouver en jouant.

OK.

Je réfléchis encore comment ça fonctionne?
Etc, etc.

Vous qui avez tant d’explications,

François Hollande, le voir, c’est comme si
c’est ça qui est au dessus de ça.

Avant, cela pouvait pouvez voir tous

les mouvements
qui se déplaçaient dans le jeu.

Ça ne bougeait pas, c’était juste bouger.

Maintenant, je suis capable de voir
que ça, ça bouge dans l’espace.

En plus de ce qui bouge boulotter dessus,

je suis en train de me déplacer,
regarder partout comme un malade.

J’ai autant le tuyau de la tête
que le tunnel du corps.

Qu’est ce que cela m’amène à une question?

Qu’est ce que je trouve
vraiment incroyable?

C’est vraiment la mécanique
qui se passe dans ton cerveau.

Pour te dire en fait,
où il y a cette déconnexion?

Quoi.

Il y a vraiment cette
déconnexion qui arrive.

Et tu as beau être conscient?

Dire non, je

cite

en exemple, c’est
que notre cerveau nous ment en permanence

quand c’est une chose qu’il
faut être conscient de ça.

Je ne pense pas que cela prend

des auditeurs, mais le cerveau est
en permanence en train de nous mentir.

Meilleur exemple, je pense.

L’exemple très populaire de la robotique.

J’ai adoré blanche ou bleue et noire,

ou la moitié de la population
pourrait jurer que non.

C’est la couleur que je vois là.
C’est pas possible que toi et notre

couleur de tous les deux, la réalité d’un
être humain comme moi, pas des yeux.

Pourquoi tu ne vois pas la couleur?

Et puis, c’est pas en vert ou vert, pomme,
rouge ou bleu.

Et pourquoi?

Et le monde est parti en étant clair,
il était bleu et devrait

être juste comme ça
à la télé dans quelques.

Je me rappelle même pas et je pense qu’il

y a des jours où je
n’étais pas dans le même

principe parce que du coup,

le cerveau.

Il faut comprendre que c’est
une espèce de machin

très malléable, presque comme un chewing
gum qui flotte dans un liquide

dans une boite noire complètement noire,
fermée du reste du monde.

Le cerveau n’a aucun moyen en lui même

de savoir qu’il est quelque part.

Il est dans un truc noir.

Il ne sait pas s’il est debout,
assis, couché, type et chose.

Il fait froid.

Il ne sait pas c’est quoi, la vision,
le sens des choses qu’il connait.

Il est là et il interprète
ce qu’il peut comprendre.

C’est uniquement grâce au sens
et aux autres organes et aux autres

membres qui ramènent l’information
que le cerveau se fait une idée de c’est quoi la réalité

Et c’est une question très phyilosophique de se poser cette question parce que c’est
en comprenant cette question qu’on peut

comprendre comment,
du coup, lui jouer des tours comme il faut

pour créer des réalités,
virtualiser de la même manière qu’il se

faitson image de sa propre réalité via
des tweets et des petits mensonges.

C’est pour ça qu’il y a beaucoup de developpement,
mais aussi est inbody,

Donc, un exemple pour mentir à son

cerveau,
c’est de réaliser que quand tu bouges

on parle de neurosciences,
on parle de beaucoup de choses qui sont

les yeux sans battre des yeux d’un point
à un autre,

en fait device less,
qui, certes, utilisent de la technologie,

choisi deux objets dans ta pièce
et regarde cet objet à l’autre très

rapidement, tu vas te rendre compte que
tu n’as pas laissé de bleu dégueulasse.

Ce qui se passe bizarrement.

Se laisser droit, c’est propre.

Il y a un petit moment, puis après,
c’est ce drôle, c’est propre.

Mais entre ces deux points,

ton cerveau n’est pas en train
de prendre 50 millions de photos.

Il ne sait pas ce qui se passe.

En fait, il ne voit même pas ce
qui se passe entre les deux.

Et c’est un noir total
pour que ça ne soit pas du goût légèrement

pour toi, il va prendre la data d’avant,
puis la data d’après l’éditeur,

avant qu’elle soit réfléchie
et faire en sorte que soit un truc assez

propre qui gerbe pas et te
faire croire en retard.

Qu’est ce que t’as vu avant?

C’était fluide, mais en vérité,
il n’avait rien vu.

Et c’est que du mensonge.

Et le fait en tout temps en permanence

pour justement pas préserver
un problème pour lui aussi.

Et du coup, il se met à lui
même pour que ça fasse du sens.

Mais

c’est très classe.

C’est fascinant parce que c’est la même

chose qui définit que l’oreille interne
arrive à un accéléromètre humain.

L’oreille interne, c’est magnifique.
C’est une espèce de petit fils comme ça

qui est en train de flotter,
que la gravité influence sur lui.

Donc, s’il est en train

de tourner et qu’il tombe comme ça,
il sait que tu t’es pivoté.

Et du coup, il va dire à papa qu’on
pivote et ça fait du sens en pivotent.

Mais si ce fils ben on prend de l’alcool,

on lui donne un peu des senseurs un peu
moins puissants qu’on lui trique.

Le mythe, en effet.
Mais en ce moment, c’est bourré.

Aider, tu vois pas très
bien comment ça se passe.

Palpitent, c’est pas vraiment.

Et la nana qui va donner au cerveau?
Il va faire écoute.

Je fais du bien que je peux bourrer

le cerveau temps parce que là bas,

ils disent qu’on est sur le sol, mais là,
en train de me dire qu’on est penché.

Je crois qu’on va titubait, anticipe.

Ouais,

c’est vraiment ce qui se
passe dans le cerveau.

Il est aveugle, il est muet,
il est sourd, il est bien débile.

Tout ce qu’il veut, c’est pas parce
que les handicapés sont des victimes.

Très attention, je l’ai
vu venir le cerveau.

Il est aveugle et il sait rien.
Il récupère la donnée.

En fait, il essaie d’en faire quelque
chose qui fasse du sens, en fait.

Donc, cette fuite là sont assez puissants.

Déjà qu’on les réalise, on se dit wow!

Pas déjà une machine en permanence
qui fait ce travail là.

C’est pour ça qu’on a épuisé le soir
et qu’on de dormir, je comprend.

Mais en plus,

comment faire maintenant pour décortiquer
ça dans l’autre sens et se dire si je veux

lui mentir et lui faire croire qu’il est
dans un monde réel, enfin virtuel

sont les éléments que je vais devoir lui
lui afficher qui vont lui permettre de ça.

Du sens, parce que qu’on est très bons à
être communs, sont très bons à faire ça.

On peut s’immerger dans dans le son avec

dans une mélodie.

On peut s’immerger dans un tableau en dans
une histoire que quelqu’un nous raconte.

S’immerger dans des visuels

et conjoints conjoints Pokémon en 2D
avec juste des pixels qui se déplacent

sur un écran qui, en fait, ne se déplacent
pas, mais s’éteignent et se rallume.

On est capable d’imaginer le mouvement
télé sans les plus bel exemple

des pixels qui s’allument et s’éteignent,
des couleurs différentes.

On est quand même à travers ça de regarder
le MacShane et donc, du coup,

d’imaginer que non, ce n’est pas un pixel
qui s’est éteint, qui s’est rallumé.

C’est un cheval qui part
de gauche, de l’écran, etc.

Et c’est un cheval de promesse, un cheval.

Non, ce n’est pas un cheval,
ni même un cheval.

Qu’est ce qu’une image, après tout?

C’est du goût.

Ce truc qu’on a avec la télé pour le
transcrire dans la trois dimensions.

Les pixels sont des voxel.

Ils voxel, c’est comme les pixels,

mais au lieu d’avoir juste au bas,
ils ont aussi profondeur.

Et maintenant, qu’est ce que ça
veut dire pour le cerveau?

Et c’est là qu’on arrive à toutes
les questions que je dédie à l’enfant,

qui est très intéressant,
trop intéressant.

Et en fait, ce que vous faites,

si vous faites une espèce de reverse
engineering du cerveau, quoi.

Et de savoir comment marche, etc.

C’est incroyable.

C’est vraiment vraiment fascinant.

Franchement, je pense que je pourrais
en parler, voir des gens

du cru et du coup,
vu qu’on a pas mal dérivé,

est ce qu’on peut revenir sur la
chronologie des 3 4 dernières années?

Mais jamais à ce moment de mon expérience
personnelle du haptique, c’est parce que.

On a des illusions d’optique
et on les connaît tous.

Il y a aussi les illusions auditives.

On a tous entendu certaines chansons qu’on
chantait à tue tête de gamin,

on ne comprenait pas les paroles
et on était sûr qui disait ça.

En fait, c’est pas ça qui disait
qu’on apprend les lieux.

Ça sonne pareil et intéressant.

On est capable de se mentir.

Il y a d’autres scènes.

On peut se poser la question quel autre

sens peuvent se faire mentir
si le cerveau final y croit?

Tout ce qu’il entend,
qui voit ou qui ressent.

Et on peut réaliser que, du coup,
le sens du toucher peut être indécent.

C’est plus compliqué

à comprendre parce que je vois le sens

du toucher comme un sens unique,
contrairement aux autres,

parce que ça a un sens qu’il y
a dans les deux sens que ça intéresse.

Si je te touche qui me touche en même

temps, je ne peux pas toucher à un objet
sans ressentir que l’objet me touche.

Donc, là où l’audio,
on peut entendre quelque chose

sans parler, là où la vue,
on peut voir quelque chose sans être vu.

Le toucher, c’est impossible.

Tu peux pas le toucher quelque chose
sans être touché en même temps.

115
01:05:11,690
–> 01:05:14,400
Déjà, prendre cette donnée et
bien la comprendre,

c’est quelque chose de très intéressant
parce que beaucoup de questions

philosophiques, par leur
sens en full duplex, quoi.

Un peu,

il amène à la semaine de la rédaction de
comment duper le sens du toucher.

Parce que si, au final,
c’est quelque chose qui va dans les deux

sens, je ne peux pas intercepter
la donnée et la mentir à mon cerveau.

Mais en fait, le cerveau, quand il dit,
quand il utilise les organes, les doigts,

la peau et les choses extérieures
et le sens du toucher,

va pas au delà de la surface du corps,
mais même à l’intérieur, on ressent,

on ressent la respiration,
on peut ressentir des mal de tête, etc.

Ressentir l’inclinaison de la Terre
par rapport au pôle Nord.

On peut ressentir des champs magnétiques,

on peut ressentir la chaleur, on peut
ressentir la pression atmosphérique.

Certaines de ces choses,
on les ressent plus ou moins fort.

Il y a des personnes expertes dans cette

sensation qui rassemblent des choses
complètement, ressentira jamais.

Mais il y a des personnes sont
capables d’augmenter ces sensations.

Par exemple, quand on est malade,

on a froid, on ressent beaucoup plus,
mais pas sur la peau.

Donc, ce qui nous frôlent,
qui nous touche.

Ça fait mal d’un coup.
C’est beaucoup plus sensible

et ça prouve qu’en fait,
internements

de façon interne à notre corps,
il y a des choses qui se passent et qui ne

sont pas constantes
et sur lesquelles on peut jouer.

Donc, je vais reprendre l’appareil
du siècle actuel.

Et l’iPhone, c’est un des premiers
appareils optiques du grand consommateur.

On va dire ce que c’est,
le premier qui vibre.

Avant ça, on n’avait pas vraiment
l’expérience de la vibration.

Les gens qui travaillent dans ce domaine

sont cette expérience et la vibration
de façons façon dans leur monde.

Mais avant, l’iPhone n’avait pas vraiment
un appareil qui va vibrer de par lui même.

En tout cas,

pour nous informer et utiliser le sens
du toucher comme un moyen de communiquer.

C’est quand même assez intéressant parce

que ça remonte à des siècles
et des siècles.

Depuis la création de L’homme
qui communique via le sens du toucher,

le câlin permet de rassurer,
tenir la main.

C’est un geste qui va permettre
d’indiquer une certaine information.

On va toucher pour voir les enchaînements.

Il avait la peau des deux mains,

extrêmement pas couvertes de poils,
parce que le but était de pouvoir

comprendre ce qu’il à
prendre, la forme d’un objet.

Tout ce que permet on est capable
de pouvoir dire c’est quoi?

C’est quand même assez incroyable.

Il y a beaucoup de choses qui se passent
sous l’épiderme et sous le soleil

de la peau, qui permettent de donner
de l’information au cerveau.

Donc les récepteurs qui peuvent comprendre
que quelque chose est touché, pas toucher,

toucher fort par support, température,
pression, direction, etc.

Et toutes ces infos ensemble,

on le signal électrique au cerveau,
toujours dans sa boîte noire fermée,

celle de l’ambiance.

Qui va dire

par rapport à cette donnée,
je peux dire qu’en ce moment,

tu touches une bouteille
et avait du sens parce qu’en plus,

les yeux disent que tu
regardes une bouteille.

Et en plus,
quand tu tapes cette bouteille,

ça fait le bruit d’une
bouteille que je pourrais dire.

Quelle bouteille!

Mais moi, dans un jeu vidéo,
je peux te faire prendre une bouteille

avec le sang d’une bouteille
et faire une vibration qui va te faire

froid au moment où tu vas bouger ta main
dans l’espace qui a touché un objet peut

être pas assez précis
pour voir quelle bouteille.

Mais maintenant, ton cerveau va être assez
immersif dans ce jeu parce qu’il va te

dire trois trucs pour refroidir
quelques bouteilles de vodka.

Toi, tu peux te mentir à toi même en me

disant de pouvoir dire Mais
suis je suis le cerveau?

Moi, je te dis c’est la bouteille

et c’est ça qui est beau, c’est de se dire
le sens de l’immersion.

OK, en ce moment, on est encore
vraiment dans l’enfance,

dans le stade vraiment embryonnaire
de l’évolution technologique.

Mais comme on l’a vu avec l’évolution

des arts technologiques, quand ça,
ça va évoluer et atteindre un niveau

presque indescriptible, indescriptible,
de la réalité, on va pouvoir mentir

entièrement à notre cerveau
et être vraiment immersif en.

Et le nom de la compagnie
pour qu’il reste à l’immersion.

Parce que leur objectif,
c’est vraiment ça, le stade.

Le wet dream vraiment global du hand user

comme Narayen permanente,
c’est d’être dans l’eau et d’avoir rien

qui ne permettent pas de savoir
qu’on n’est pas en dire.

On a des de 1000 en ce moment

qui permettent de se déplacer sur place
avec nos pieds et qui font croire à nos

pieds qu’on marche sur le sol
et que du coup, dans le jeu,

notre partenaire se déplace,
qui permettent à des gens qui ont le mal

de mer de faire de la course en vigueur
sans vomir, mais en restant sur place.

J’ai demandé justement aux autorités parce

que je voulais un moment où je
vais pouvoir mettre au tapis.

Ma combinaison

existe et autant je suis un fervent

vendeur de l’article, autant je suis
quelqu’un qui est aussi très objectif.

Et là, je parle avec ma
propre vision des choses.

C’est en aucun cas influencé par le marché

ou par les compagnies pour qui j’ai bossé
ce qu’elles veulent faire dans le futur.

Je peux même pas en parler
d’ailleurs se soigner.

Mais mon avis, ce sont
ces choses là, c’est que.

Comment dire?

Je ne pense pas que le futur se soit
d’avoir beaucoup plus de sur nous parce

qu’au contraire, le futur, ce sera d’avoir le beaucoup de device
je pense qu’au contraire le futur sera d’avoir le moins possible de device

sinon on va avoir du mal à trouver

mais beaucoup moins intrusive et peut
être, dans certains cas, plus intrusifs,

mais moins visuellement intrusives
et dans le sens qu’on va moins réaliser,

qu’on est attribuée à air comprimé et
avoir une expérience beaucoup plus clean.

Parce que là où en ce moment,

il y a un petit X, par exemple,
qui vient de sortir des gants qui sont

super cool et ça me rappelle
le Power Glove de 1980 qui a essayé encore

une fois cette technologie
a plus de 30 ans,

qui permet de recevoir des vibrations
sur le bout des doigts ou de la paume

de la main, qu’on va
toucher les objets en via.

Du coup, je recommande à tout le monde
d’essayer ce genre d’expériences.

C’est super de le faire.

Moi, ce n’est pas le futur que je ne veux

pas dans le futur,
avoir à mettre des gants super gros

comme ça, à me déplacer ou avoir
un casque pour pouvoir dire non.

De la même manière que je vais
vers les lentilles pour

la réalité augmentée,
j’aimerais bien que dans le haptique,

on puisse pas avoir un gros gant,
mais un petit gant ou peut être un truc

sur la surface de la peau ou peut être
carrément dans la peau qu’on peut se

tatouer les bras pour qu’on ne
pourrait pas se tatouer des puces.

Et je ne parle pas d’aller intégrer la 5G

dans les battements du cœur,
mais aller au moins jusqu’à un niveau

où la technologie est presque invisible
et tout aussi puissante et qu’on puisse

maintenant utiliser à bon escient,
évidemment, avec toute la partie éthique

bien réglée avant que l’on
s’aventure dans cette folie.

Mais imaginez non pas dans un futur
Black Mirror dystopique où ça ne marche

pas, mais plutôt dans le cas que je parle
de bien réglementer bien fait

à quel point ça pourrait être
intéressant si c’est bien fait.

Et c’est dans cette direction là que moi,
en tout cas, j’essaie d’aller.

Et une des raisons pour laquelle je me

déplacer entre un IBM et Immersion,
c’était pour étudier ce nouveau sens,

pour comprendre
les enjeux que ça peut apporter.

Et pour voir dans quelle
direction on s’en va.

Et quand je regarde
le travail fait par certaines compagnies,

comme celle de MS pour
son laboratoire de neuro Nora Link,

tout autant, je suis le détracteur qui va
dire oui, mais c’est n’importe quoi.

On sent qu’il y a des manquements
à l’éthique assez fou et et connaissant

la boite, il y a des choses peut être
qui sont à redire et en même temps,

je suis le petit gamin fasciné
par la techno qu’il dit.

Mais oui, mais c’est là
qu’on doit aller parce que.

En tout cas, ça a l’air que c’est vers là
qu’on s’en va dans l’audiovisuel.

Pourquoi ne pas rendre?
Ça a vraiment bien fait.

Pourquoi ne pas arriver dans un futur
où vraiment les stimulus du cerveau sont

entièrement édité et entièrement mensonger
et entièrement bien fait, mais bien fait.

Et donc, du coup,

au lieu d’avoir à stocker 50 iPhone
sur la tête pour avoir une expérience

intéressante,
c’est carrément utiliser les fonctions

du corps et ce qui est déjà en train
d’être utilisé par notre cerveau

pour créer la réalité réelle pour créer
cette réalité, a t il titulaire.

Un débat ultra intéressant?

Parce que si on revient sur la technologie

de Nordling, c’est incroyable,
il y a plein de choses.

Ben tu sais, tu conceptualise un petit peu
dans ton idée est ce que tu peux faire?

Etc.
Et il y a un moment ou si effectivement,

tu l’intègrent avec une réalité virtuelle
ou juste de la réalité augmentée.

Ou alors,

c’est un terme.
Je ne sais pas d’où il vient,

mais je vais citer Michel Onfray
qui qui parle de transhumanisme,

qui parle vraiment de cet humain
qui évolue avec la technologie, etc.

Et

c’est une direction qui est clairement.

Ou en tout cas, toutes
les toutes les grosses

entreprises du marché vont

et je comprends qu’elles fassent peur,

et je comprends aussi
qu’on puisse trouver ça incroyable.

Franchement,

je suis convaincu que quand on est dit,

on y est déjà et qu’il n’y a pas avant,
après que c’est juste une transition

extrêmement lente vers cette
direction qu’on connait.

Il est trop naïf pour croire que c’est pas

encore là et qu’on a encore le chance
de la chance de changer les choses.

Il y a des traces en ce moment

et pour moi, je
ne crois pas au concept de race

comme les Etats-Unis,
les Afro-Américains, les Caucasiens, etc.

Mais vraiment au niveau
de la race humaine.

Pour moi, il y a déjà dans la race humaine
différents types de races et on va se

comprendre peut être sur la nature,
sur la définition.

Il y a des personnes qui, en ce moment,
possèdent des implants

cutanés qui leur permettent de ressentir,

comme je le disais avant
le tremblement de terre,

qui est une chose qu’aucun animal
sur terre ne peut ressentir.

On peut ressentir un tremblement
de terre en avant.

Tu vas voir des oiseaux s’envoler
ou des chiens être un peu inquiet et plus

tard dans la journée,
un grand tremblement de terre et du coup,

il y a beaucoup d’écrits
et de recherches ont été faites.

Quel est le sens que ces animaux possèdent

qui leur permet à l’avance de pouvoir
prédire un truc en ce moment?

On n’est pas capable de prédire.

C’est des choses qui sont
peut être internes.

Ces animaux, ça ne veut pas dire
qu’ils se réveillent le matin.

Ils ne savent même pas ce qu’ils

ressentent et son jeu
bizarre à ce moment là.

Et effectivement, la chose se passe après.

Mais cette sensation qu’ils ressentent,
qui est interne,

qui a l’air d’être abstraite,
peut être pour eux et ressentie.

Quel est ce sens?
On ne sait pas,

mais nous, on a la technologie
de pouvoir ressentir ces choses.

Donc,
il y a des personnes en ce moment qui ont,

par exemple, un appareil
qui est connecté en temps réel avec

la données du site Web qui est en ligne,
que tout le monde connaît,

ou pour aller voir quel tremblement
de terre a explosé aujourd’hui et qui,

du coup, utilise cette data couplée
avec du machine learning et du câble.

La prédiction, et en même temps,

on va valider en temps réel quand
les choses se passent vraiment

et sous forme de signaux électriques,
vont envoyer un signal à la puce que sept

personnes ont mis sous leur peau,
soit sur leur tête, soit autre.

109
01:15:19,000
–> 01:15:21,760
Et cette puce va réagir ensuite maintenant
avec le cerveau de la personne,

soit via un feedback qui va être visuel,
auditif, haptique ou neurologique.

La ligue et lui dire en ce moment.

Je ressent qu’il y a eu trois tremblements

de terre dans tel endroit,
de tel ou tel niveau, de telle puissance.

Et le gars, il a été interviewé en temps

réel en ce moment
vers le nord, il y a quelque chose entre 7

et 8 sur Terre et je suis
capable de le prouver.

Puis on le vérifie.
Et puis effectivement, ça va.

Et donc, du coup,
est ce que cette personne maintenant est

capable de dire que c’est
un être humain comme les autres?

Oui, en même temps, non.

Et c’est le nouveau sens qu’il possède,
que nous, on n’a pas va clairement,

lui permet de naviguer dans le
monde d’une façon différente.

Là, ça avait l’air un petit peu parfait,
mais quand même assez plausible.

J’imagine maintenant quelque chose

de complètement abstrait,
non pas basé sur le sens physique,

comme un tremblement de terre,
mais sur le marché de la Bourse où là,

il y a un gars, il y a une puce qui,
en temps réel, il ressent Wall Street,

il ressent les down
et les tickets, les choses.

Et il est capable,

juste en vivant, en respirant,
de ressentir l’état de la Bourse qui a

un sens abstrait en soi, qui n’est
pas quelque chose que je peux dire.

J’ai chaud la bourse, elle descend,
c’est pas vraiment ça, mais.

Et du coup, il est capable de faire

des actions réfléchies,
basées sur cette information qui reçoit.

Cette information est utile et utilisable.

Et si on part du principe que l’homme,

c’est le seul animal qui sait utiliser
vraiment à des fins

prédictives des outils,
de la même manière qu’on va avoir

un singe, prendre une brindille pour aller
chercher du miel pour aller

dans la fourmilière, récupérer
la sève de l’arbre où

il y a une logique d’utilisation
de l’outil qui est assez poussé.

Pour moi, l’iPhone,
c’est l’extension du premier marteau.

Yes n’est pas connecté
en ce moment à maman.

Je ne le touche pas.

Il n’est pas sous ma peau, mais je pense
pas non plus une journée sans lui.

À moins d’un mètre de moi
en permanence depuis près de 10 ans.

Donc, je suis capable de dire que ça n’a
pas besoin d’être une incision sous

cutanée pour être un
parti prise de moi même.

Donc, les humains qui ont un iPhone,
manière que je disais avant que le WiFi

devrait être vu comme un,
comme un bien humain, une chose basique,

mais avoir pas accès à Internet
en 2021 peut être un handicap, donc.

On pourrait dire qu’il y a une race
humaine qui est avantagée si elle a

un certain niveau de technologie
que d’autres n’ont pas.

Et donc, on va être capables à un certain

niveau, via le transhumanisme,
de réaliser que certains humains qui vont

faire, ce n’est pas le remplacement
de leurs deux jambes par des jambes

bionique comme dans Cyberpunk
et capable de courir 10 septembre 2010.

Mais du coup, que va devenir l’avenir
des Jeux olympiques si on peut intégrer

des personnes qui ont été modifiées
entre guillemets quand tout le monde aura

été modifié? C’est quoi le pourcentage
de gens qui sont tatoués

sur Terre? Combien va être ensuite
le pourcentage de personnes qui vont avoir

intégré du n’aura lieu que dans 30 ans,
dans 50 ans? Donc, ces questions là sont

belles, elles sont complexes et elles font
peur. Il ne faut pas non plus attendre

2050 pensent les poser parce que dès
maintenant, on a des petits exemples

à grande échelle qui sont déjà en train
d’arriver et qui remettent au goût du jour

la question philosophique
de C’est quoi être humain?

C’est quoi la réalité?

C’est quoi pour ressentir les choses?

Qu’est ce qu’un outil?
Quelle?

Quelle est la connexion avec un outil?

Qu’est ce que ça doit être physique?

Qu’est ce que c’est digital?

Et toutes ces questions là sont très
belles et beaucoup de scientifiques ont

déjà beaucoup de papier là
dessus qui y répondent.

Mais pour moi, elles me fascinent parce
qu’à chaque fois que je rentre

dans des discussions geek comme ça avec
des amis qui comprennent de quoi je parle

parce que ma mère, elle,
croit encore que je fais des sites web.

Donc,

même si ça amène des questions

directement, on parle de techno et à
chaque fois, on finit en philosophie.

Et c’est ce que moi, j’adore.
Je suis d’accord.

Je suis d’accord pour avoir le truc.

C’est que pour avoir touché un peu à

d’autres domaines que la tech,
mais en fait,

j’observe que
la tech va dans une direction où, en fait,

on peut se poser la question c’est est ce
qu’on est ce qu’on est en train de créer?

Je vais reformuler ce qu’il a fait,
il a fini, il a fait plusieurs interviews,

il parle du fait de la probabilité
qu’on soit dans une simulation.

C’est une question philosophique assez

incroyable et qui a été démontrée
afin de démontrer qu’il était discuté

dans un livre par un auteur dont j’ai
oublié le nom, qui prend,

qui présente le fait qu’il y ait un tiers
de chances qu’on soit dans une réalité.

Et la musique monte,

monte cette probabilité à un sur je
ne sais pas combien de milliards.

Et c’est vrai que quand on voit tout ce

qui est en train de se faire là,
on peut vraiment se poser la question.

C’est une vraie question qui se pose.

C’est c’est quoi le délire ?

Est ce qu’on est ce qu’on est
en train de recréer quelque chose ?

Et parce que finalement, derrière,
tu vois Wall-e pù les gens vivent

comme des gros assis dans des fauteils
et qui voyagent autre part dans une autre réalité

1
01:20:01,400 –> 01:2:03,820
à quel niveau on se trouve
vis à vis de cette réalité là

et je trouve ça ultra fascinant
et j’aimerais ton point de vue là dessus.

Il y a un écrivain qui est un ancien

employé d’immersion qui a quitté il y a
plusieurs années la compagnie qui a écrit

un livre qui va beaucoup rappeler
l’histoire de Wally à certains.

Je recommanderais
de retrouver le nom de la finance.

Ça me rend bien plus.

Mais en gros, il explique l’histoire
d’une île qui, en autarcie, complète

le terme autarcie sans aucun contact avec

le reste du monde, sans vraiment
leur monde, dans leur bulle.

Et sur cette île,
il y a des humains qui vivent

dans des la même manière que des fois
que je passe devant un gym.

Et il y a 150

Burning Burlington comme ça à aligner.

Les gens sont devant des écrans comme ça,

à regarder la bourse et encore en même
temps se passer de 13 heures à 2 heures

tous les jours au même
endroit, dans le gym.

Et du coup, la centaine de personnes

qui viennent s’amuser en disant Mes
amis perdent leur vie là dedans.

Mais qu’est ce qu’ils font

alors que de nos jours, c’est normal
de faire du sport ou de regarder la télé?

C’est pas du tout un problème.

Ce n’est pas parce que c’est au même
endroit et que beaucoup de gens ont font

un Typekit étrange
extérieurement que c’est un problème.

On peut juger, on peut se moquer,
mais au final, c’est tout à fait normal.

De la même manière,

on pourrait imaginer un futur
comme dans The Oasis, où

le monde extérieur est tellement pollué
que plus personne ne voyage vraiment.

Pandémie ou pas, peu importe,
on est chez nous et puis

chez nous, on comme voyager,
donc pourquoi pas voyager avec les outils

qu’on a et du coup,
on peut voyager en diable.

Pourquoi pas?

Est ce que c’est bizarre pour autant

que du coin, une ville entière ou quand
tu regardes dans la rue, y’a pas un chat?

Et pourtant, il y a 50 000 personnes en ce
moment dans un même univers,

en train de naviguer, faire des meetings,
discuter et jouer à Pokémon.

Ils sont tous dans le même univers qui

existe et dans lequel ils
sont tous en contact.

Autant physiquement, ils ne sont
pas le bail écrit, pas après.

Ils ne voient même pas ce qu’ils disent.

Jusqu’au milieu du, de façon.
Et ils sont dans cet univers.

Pourtant, ils ont des stimulations de leur

cerveau qui leur font se
libérer, se voyager, etc.

Et c’est des questions qui se posent.

On peut se demander
est ce qu’on n’est pas déjà dans le wali

dont parle le livre de la personne nous
disait que dans ce futur là,

tu as quand même pas la façon
dont il a écrit, mais ça dystopie.

Peut être que, du coup, c’est plus
du tout vivable de sortir de chez soi.

Ils ont créé une espèce de machine qui va,
tu va, mais ton corps dans la machine.

Et ce n’est pas juste un casque et presque
une robotique dans laquelle je rentre.

Ça connecte directement
ton cerveau en dur à Link

le réseau.

Ton corps va être stimulé avec
des vibrations ou des choses qui vont

faire que toi,
tu vas utiliser les muscles et tu ne vas

pas du coup mourir gros
comme le Gallois dit.

Au contraire,

tu vas rester musclé et en bonne santé
par cette machine, mais pas pour un but.

Ensuite, on va sortir.

Au contraire, ta vie entière va vivre

dans cette machine et l’objectif,
c’est juste de maintenir à vie que tu

crées, pas par le temps via
et pendant le temps via.

Par contre, la vraie vie commence.

Et dans ce futur,

il parle de ça comme étant la base
de la technologie de ce futur.

Maintenant, vingt ans après que ça a été

instauré, comment c’est devenu la base
et que c’est devenu la seule réalité,

car ça fait maintenant 15 ans que les gens
sont connectés, ne sont pas déconnectés.

Le monde a été bien pensé et fonctionne
sans qu’un seul humain soit déconnecté.

Mais dans cette réalité, maintenant,

tous les gens sont connectés
et c’est devenu normal.

Ça fait 15 ans que sont dedans.

Et pourquoi se déconnecter pour aller
dans la pollution et devoir faire ses

courses alors qu’il y a pas
de magasin est là dedans.

Tout va bien, on en mange.

Je veux voir quelque chose.

Je me téléporte.

Je suis en train de voler au dessus

des pyramides d’Égypte,
de marchands de sommeil.

Il n’y a pas de quoi
faire payer des courses.

Ça amène maintenant moins
de réflexion parce que tu lis.

Le livre débute un petit peu avant.

C’est n’importe quoi, cette histoire,
puisque déjà ça arrive sur des questions

que les gens là dedans,
ils boivent des cafés.

Le soir, ils vont s’asseoir dans un verre,
prendre un verre à une table dans un bar

et ils ont des discussions philosophiques
comme les gens dans la vie.

Et du coup, quels sont
les sujets dont ils parlent?

De quoi ils rêvent?
Quel est le futur après ça?

Si ça, c’est le futur?

Et du coup, la salle
étant encore plus un champ de réflexion

parce que c’est très, très,
très bon dans ce qu’il fait.

Et il amène la question
à une question beaucoup plus poussée.

Et un autre gars très intéressant aussi,

car il y a immersion parce que c’est un
des anciens cofondateurs de la compagnie.

Il apporte un concept qui,
pour moi, est très pertinent.

C’est le concept le plus
le plus intéressant.

Je trouve que le concept de Heidemann il

explique en fait la race humaine est
arrivé à cause de l’industrialisation

dans le 19ème siècle,
à une espèce de point de non-retour où,

en fait, on est dans la surconsommation,
dans la surproduction.

Avec le, on a juste réalisé que le monde
industriel, c’est la meilleure façon

de faire évoluer la technologie,
mais en le faisant un peu trop vite.

Peut être que, du coup,
notre environnement se fait détruire

en même temps
et que en tant qu’espèce humaine,

au niveau où on en est maintenant,
on n’est pas en capacité,

avec nos capacités psychologiques,
nos capacités physiques,

de réaliser potentiellement tous
les enjeux qu’on est en train de créer.

Pendant qu’on fait évoluer cette
technologie

et que pour amener notre espèce
à survivre, ce gap qui va peut être créer

des grosses crises
humanitaires, sanitaires.

On le voit avec la pandémie ou tout

simplement avec l’évolution
du Global Climate Change,

il amène la question à comment arriver
à pallier à ces problèmes là

parce qu’il
y a des espèces, en tout cas
animal, qu’on est capable de mesurer

à part anthropologique,
qui ont passé toutes les grosses crises

de leur évolution et qui ont dû
évoluer drastiquement pour survivre.

Quel serait du coup l’évolution humaine
drastique pour passer à la suite?

Il a été super intéressant ou il a
fait le futur de la race humaine.

Peut être se situe au niveau
de la façon dont on communique.

On l’a réalisé avec Internet qui a,

en plus de l’industrialisation,
qui a ramené le téléphone, la radio,

la télévision et tous ces moyens
de communication assez énormes de masse

qui font qu’on a une espèce de

pensée commune, de communautarisme,
d’influences aussi parce qu’il y a tous

les dangers que la surveillance
et la communication de masse amènent.

Mais pour lui aussi, c’est à l’époque.

C’est inconcevable de comprendre en France

ce qui se passait en Turquie
ou aux Etats-Unis ou en Chine

sans d’envoyer de lettres ou de récupérer
l’information en temps réel,

on peut s’informer de ce qui se passe
et informer de ce qui se passe.

Et si tu rajoutes à ça maintenant
des échanges directs de communication,

que les technologies de téléphone
et ensuite maintenant Internet ont amené,

on a une influence globale qui est
que les gens commencent à réaliser.

Et je pense que ce qui se passe cette
semaine avec rééditent et par rapport

aux marchés, la Bourse en est
encore une de ses preuves et.

De comprendre que cette espèce d’esprit

global humain influence
au final tous les humains.

Ce n’est pas quelque chose que notre

espèce est fait physiquement
pour on n’avait pas ça.

C’est vraiment juste la technologie
qui nous apporte cette capacité à l’être

humain en soi, mais dans une bulle,
son impact n’a aucun moyen de communiquer,

même avec le gars qui est au bout
de la rue parce que cette personne est

trop loin, il va falloir se rapprocher
pour qu’on se parle ou qu’on fasse

des signes de loin, tels que j’écoutais
de la fumée, des signaux.

Mais je ne suis pas pour ça que je vais

être capable de faire au maximum
avec la tech de tous les jours.

Là où Internet nous apporte la spontanéité

et la distance infinie
de l’information, quasiment.

Et quand même assez fou d’imaginer ce

que ça peut faire comme
influence et lui se dit

que le futur,
c’est d’être en fait comme les bancs

de poissons ou les abeilles,
ou les miasmes d’oiseaux et d’êtres

humains dont en fait la réflexion globale
est la moyenne de la réflexion de tous.

Alors oui, du coup, les communautaristes

ou le communisme,
tout le monde va arriver à un moment

où l’individualisme ne
va pas dans ce futur.

Effectivement, dans un banc de poissons,
on ne sait pas qui.

Thierry et Joseph
sont perdus dans le banc de poissons

et c’est le banc de poissons qui est
important et non pas le poisson monarque.

Ce n’est pas un hasard si on regarde
l’oiseau en individuel

qui fait des mouvements,
mais le fait qu’il soit en accord avec

les mêmes mouvements que son espèce
et qui se déplace le rend plus efficace

de prendre l’exemple de l’abeille,
qui est le meilleur exemple.

Une abeille se déplace de son domicile

seule parce qu’elle est
en train d’être une scout.

Il n’y a pas beaucoup d’appelés.

Ils sont scouts,
ont été choisis et les amis scouts

dont une mission, c’est partir chercher
12 différentes locations.

D’entrée sont les meilleurs
et de revenir donner l’information,

alors peut être de ce qui se passe
dans le cerveau d’une API,

c’est clairement pas très gros
de retenir l’espace 3D, le déplacement,

les endroits de savoir conversant,
l’endroit que serait un bon endroit

pour vivre, l’humidité au niveau
positionnement au niveau du vent.

Elles prennent toutes ces données

en compte, elle les enregistre
et elles reviennent.

C’est fou de se dire comment est capable
d’enregistrer cette donnée

de Je reviens maintenant 150 000 qui sont
en train d’essayer de se battre pour dire

Moi, je dis qu’on va la gauche molle,
y compris à droite.

Comment on vote?

Est ce que les abeilles ont trouvé

un moyen meilleur que le vote
démocratique, par exemple?

En fait, elle danse.

Et celle qui danse le plus dans la même

direction, selon le bruit
et les vibrations qu’elle génère,

vont créer un espèce de mouvement
de groupe et le groupe va se déplacer

vers le mouvement qui est le plus
bruyant ou le plus vibratoire.

Et neuf fois sur dix sera le meilleur

endroit des douze à chaque fois,
donc, a permis aux abeilles un score

heidemann de réflexion commune
de toujours survivre et d’avoir

une décision de groupe qui est
toujours la meilleure avancée.

C’est sur cette prémisse
dont je parle à créer un petit état

d’esprit

et un exercice qui ont fait un test
à l’époque des stratégiques.

Pendant la Coupe du monde de football,
on avait utilisé un poulpe pour faire

des prédictions, des buts assez facilement
si je parle des poules, pas des poules.

Mais du coup,
en parallèle, ils avaient utilisé

une plateforme en ligne qu’ils ont créé
un peu à la manière d’un rêve.

Elle était en plus désigné
comme un hexagone

de différentes personnes très, très,
très, très, très calés en football.

Contrairement à Pronostics,
c’est sûrement les gens que tu voudrais

écouter quand tu peux les paris en ligne
et en même temps mélange avec

des personnes comme toi et moi,
qui sont peut être juste des fans de foot

qui ont des idées, des fois
qui sont bonnes n’est pas mauvais.

Et selon leurs avis, on leur disait

que l’équipe qui pense va gagner
et déplacer leur avis sur la carte.

Et selon l’avis qui était le plus bruyant
ou du moins le plus général,

ça déplacais la réponse
vers une case, alors en individuel

chacune de ces personnes là.
n’a pas eu un fort taux de réussite

Jérémie a eu 1/10 de résultat correct, peut être que Denise,
qui est experte dans le domaine,

a eu neuf sur dix génial de Denise,
mais par contre, de façon globale,

elle n’a pas réussi à lancer
tout le monde, mais à regroupe.

Par rapport à leur individualité,

le pourcentage de réussite
était au delà de 90 pourcent.

Du coup, en ayant créé cette plateforme,
il a permis d’avoir une décision éclairée.

Les prédictions humaines ont amené à une
réponse qui a été la vraie à chaque fois.

Tous les matchs,
ça amène la question de Facebook.

Certes, on a Google.

Certes, on a tous nos appareils et nos

réseaux sociaux en ce moment,
ils sont plus utilisés pour faire

du partage d’informations
ou de la récupération de datas.

Ils ne sont pas vraiment utilisés
pour amener une réflexion.

Du moins, ce n’est pas cet outil
qui est accessible au consommateur.

Maintenant, je ne sais pas ce que fait

ce que fait Facebook
et Google avec leurs données.

Je ne peux que soupçonner qu’il y a

des gens très intelligents là bas
qui réutilise ces données pour faire ce

genre de pronostics et qui leur permettent
surement d’avoir des réflexions éclairées

sur le marché de la Bourse,
sur les opinions publiques,

sur ce que pensent les différents pays
dans le monde au niveau politique

ou pour influencer les décisions
politiques ou des lobbyistes.

Il y a sûrement toutes ces genres de
choses et des conspirations qui existent.

Je ne sais pas, je ne parle pas là dessus,
mais on peut se dire que

si on était capable de créer
une plateforme comme celle de l’exercice

du MR dont je parle à l’échelle humaine,
où là vraiment, les 8 milliards d’êtres

humains pourraient inputs leur data
en temps réel,

mélangé avec du machine learning
et du high de qualité,

avec tous les modules techniques
et éthiques qu’on veut mettre en place,

peut être qu’on pourrait avoir
ce qu’Internet voulait être à la base

quand a été créé,
c’est à dire un Heinemann Global.

En ce moment, pour moi,

c’est plus un fourre tout bordélique
qui n’a pas vraiment d’identité pure,

propre et qui n’a pas une direction
commune plus une étendue de choses.

Et je pense que c’est nécessaire

pour pouvoir
avoir déjà une certaine liberté

et pour explorer tous les différents
sujets qui intéressent tous les gens

et pour pouvoir avancer
dans votre réflexion.

Mais si on couple cette évolution
de l’internet à la vitesse

à laquelle notre espèce va peut
être mourir de causes naturelles,

écologiques ou autre,

ce serait peut être intéressant d’arriver
à créer ce genre de plateforme très vite

et de pouvoir l’utiliser pour le bien
de notre espèce au sens large.

Individuellement,

il y aura peut être des personnes
qui pâtirait de ce genre de plateforme.

Je viens pas dire que c’est
la meilleure solution.

Bon, je trouve très intéressante
parce que Hagman commun

et en plus éduqué et bien mis en place,
ce serait peut être effectivement

l’évolution de notre notre,
notre espèce qui n’est plus, selon moi,

juste un animal qui vit,
qui est un mammifère.

On est beaucoup plus que ça à Montréal.

J’aime beaucoup la vision du monde
et je trouve que j’ai plongé.

J’ai plein d’idées, plein d’idées en tête
sur lesquelles j’ai envie de rebondir.

La première, c’est

on a une vision très européenne
et très occidentale de la chose.

C’est vrai que c’est ce concept de
réflexion à plusieurs.

C’est une vision du monde
que la Chine a beaucoup, en fait.

Alors, on voit en général,
on a un point de vue très

bientôt.

On juge beaucoup la Chine en général de
par la dictature qui est en place, etc.

Mais en fait,
ce qu’il faut voir, c’est qu’en général,

les décisions, elles sont prises pour
théoriquement, en grosse partie du temps.

Enfin, pour avoir vécu là bas,
j’ai vu quand même pas mal de choses

et on se rend compte qu’il y a quand même
beaucoup de choses qui sont faites

pour le bien commun de tous
et parfois au détriment d’individus.

Et j’aime bien cette réflexion parce

en fait ce qu’on
observe dans le monde occidental.

Et je pense que le reportage de Sochaux,
le Dilemma qui a été fait sur Netflix,

il montre ça très, très bien,
c’est à dire qu’en fait, chaque individu

augmente en termes de polarisation.

Donc, finalement, en fait,
chaque individu rejoint un groupe.

C’est fait, c’est fait d’une manière
ou d’une autre, mais peu importe le groupe

ou y va, il ne va pas rester tout
seul dans son coin, à part quelques.

Et c’est vrai que j’aime beaucoup
cette dynamique de Hunayn

et j’aimerais qu’on
pu croire à une liberté non plus

de l’individu, mais peut être une liberté,
une liberté de groupe ou chacun.

Finalement, c’est un peu ce qu’ont

la liberté de l’individu et la liberté
de groupe de tout le monde.

C’est un peu.
C’est un peu le rêve.

C’est un peu le monde utopique et j’aime.
J’aime ce concept.

J’aime ce concept de Huffman
que je connaissais pas forcément.

En tout cas, sous ces termes là, etc.

Ça me permet de faire

ces grosses corrélations avec la Chine,
que je trouve très intéressante

et finalement tué
sur le plan de décisions géopolitiques,

le fait que la Chine
commence à s’éparpiller un peu partout.

Les gens en général ont peur.

Les Chinois.

Je pense aussi qu’il y a en France
où l’aéroport de Toulouse, par exemple,

qui a été racheté par les Chinois,
et on se dit ouh là,

on se concentre beaucoup sur le négatif,
mais je pense qu’il y a toute la culture

chinoise avec cette
culture de groupe, etc.

Qu’on oublie et qu’on ne connait pas.

Pour la plupart du temps,
je considère que tout le monde n’a pas

vécu en Chine et et c’est
vrai que je suis très

intéressé par ton point de vue là,

ce que je viens de dire
et je trouve ça fascinant.

Il y a beaucoup de personnes à qui j’ai

échangé ces pensées et qui m’ont ouvert
les yeux sur beaucoup de choses

par rapport à mes biais
cognitifs que j’ai tous.

Et effectivement, le biais de la culture
occidentale, c’est surement le pire biais

de la tech parce que la Silicon Valley

et Wall Street se trouvent
dans le même pays.

Donc malheureusement, tout ce qui sort

qui nous arrive malheureusement,

passe par la réflexion de un groupe qui a
une vision très unique et qui est souvent

pas forcément la meilleure ou en tout cas
pas celle qui est la plus utilisée

dans le monde ou parfois, en tout cas,
l’opposé de certains autres.

Et
quand on imagine comment la culture

chinoise, qui s’étendrait même à l’Asie
parce qu’on fait tout ce qui est Indien,

Japon,

Corée, Thaïlande, je pense
à énormément d’autres pays

qui ont une énorme évolution technologique
en tout cas, et une présence technologique

assez forte et une influence
sur le monde aussi.

Effectivement, leur religion ou leur
culture ou leurs dogmes,

en tous cas orientaux,
qui sont souvent vus à cause du

l’EFT droite de la Vision
post Guerre mondiale qui a créé cette

séparation mondiale entre la gauche
et la droite, l’ouest et l’Ouest.

Quand on regarde,

la planète n’est pas plate,
elle est ronde et on fait tous partie

de l’espèce humaine tel qu’on
devrait réfléchir ensemble.

Et quand tu prends justement cette vision

qui est un peu différente et que tu ré
analyse tout ton passé et tu revois toutes

les mêmes les moments historiques
que tu as vus, comme les milestones.

D’un point de vue de la culture française
que j’ai dû moi aussi apprendre le mieux

en Amérique du Nord
et la culture en Amérique du Nord

qui influence du goût de tout
le reste de l’Occident.

Que pareil si on s’en remet
vraiment en mode non biaisé.

Objectif qu’est ce qui s’est vraiment
passé et qu’on regarde le point de vue

de l’autre, qui est peut être biaisé
aussi, mais qui est juste différent?

On réalise qu’en fait,

il y a des choses qui que quand on
les voit, on se dit Ah merde,

c’est complètement différent
de ce que je pensais.

Maintenant, avec cette façon de penser,
j’imagine des choses très différentes.

Et j’ai pu parler, par exemple,
avec un moine bouddhiste

super gros geek.
C’est juste génial.

DZ Le concept d’un moine geek,

je trouve ça trop cool,
car on fait un livre qui est génial,

qu’un ami m’avait offert aussi avant,
mais que je n’avais jamais pris le temps

de lire qui est le dernier livre des morts
écrits par le dernier du dalaï lama.

Et je ne suis pas bouddhiste,

mais je me m’identifie beaucoup
dans la religion bouddhiste parce que

les termes philosophiques auxquels je
me rapproche sont très intéressants.

Alors,
je sais pas que j’ai été baptisé Je suis

chrétien et que j’ai des amis musulmans,
que j’ai pu parler avec des personnes

juives et que j’ai un petit peu cette
vision peu plus globale du monde.

Peut être que certains n’ont pas,
mais tout en restant athée et en étant

tellement convaincu
qu’un Dieu n’existe pas.

Moi, je suis capable quand même

de naviguer dans ces termes religieux
et dans cette histoire,

de comprendre du coup des points de vue
qui sont très intéressants et très divers,

que quand tu analyses la technologie,
vers quoi on s’en va?

On réalise que la technologie a une vision
très, très, très,

très capitaliste et très, très,
très occidentale et que du coup,

c’est très individualiste,
très égoïste ou égocentrique.

Et quand on se met dans la vision un peu

plus communautaire,
communiste et pas forcément communiste

au sens politique du terme,
c’est vraiment la communauté.

Et comme je disais à l’heure par rapport
au concept comme le rêve Marie,

on arrive à une réflexion de pensée
qui nous amène même à se demander.

Et c’est quoi vraiment
notre but, même ici?

Quel est l’objectif?

Pourquoi on fait tout ça?
Qu’est ce que ça va nous amener?

Anyway.

Et je pense qu’on est beaucoup
dans le train train quotidien,

dans la poursuite de la richesse ou
de la quête de la liberté.

Mais peut être même que le concept

de liberté est complètement erroné dans
la façon dont on le voit en ce moment.

On essaye de gagner de l’argent

en travaillant pour autrui
pour un jour s’émanciper.

Mais s’émanciper de quoi?

Parce qu’à la fin de la journée,
on va quand même acheter des produits

de marque et vivre et manger
dans l’industrialisation.

Et tu te dis à l’époque, par exemple,

où la philosophie a été créée ou The Way
of life, des humains ont été mis en place,

les dogmes et la démocratie,
et toutes ces choses là.

C’était une époque où les humains avaient

déjà servi de Pavlov à tous les besoins
de base dormir, manger,

puis la reconnaissance sociale,
l’accomplissement personnel.

Toutes ces choses là, une fois que tu
as donné ça suffisamment aux gens,

petits triangles qui restent tout en haut,
la partie est assez intéressante.

Peu de réflexion
peut du coup devenir une question qui,

mais qui est prise et qui
prend du temps à répondre.

Et c’est là que les concepts les plus

intéressants dans l’humanité
ont été souvent mis en place.

Et et je trouve que peut être le constat,
par exemple, du pays et de l’univers

sur Base Kingdom qu’avec la pandémie de ce
genre de questions beaucoup plus avancé.

Mais une fois qu’on va vraiment arrêter
de se demander tous les matins qu’on se

réveille ou que je vais au boulot,
pourquoi je fais de l’argent ? Quand est ce

que je dois payer mes factures
et n’auraient plus à me demander si demain

je mange sur ma table On va pouvoir
vraiment commencer à se poser des vraies questions

et non pas laisser l’élite, les gens riches se poser la question
Là, pour moi, c’est fondamental parce

qu’elles vont sûrement lâcher énormément
avec ce qu’on imagine être dans la réalité

ou être le futur qu’on
imagine être le White Mirror.

Et c’est là, je te les lance parce que je

sais que j’aimerais moi aussi,
du coup, ton avis sur tes questions.

Tu vois, pour moi,

j’aime bien cette séparation
entre Orient et Occident.

On va dire ouais, Asie,
Asie et Occident où, en fait,

on observe deux choses.
C’est à dire que dans un temps, un monde

asiatique, on est très orienté communauté,

on est très orienté
le groupe avant l’individu

et finalement cette écoute.

Krishnamurti qui a donné un speech
aux jeunes, ils parlent ils justement?

Il explique et il dit Les gars, faut
comprendre qu’en fait, on fait ce genre.

Faut arrêter de se voir
en tant que individu.

Il faut se voir en tant que humanité et je
trouve ça génial de dire ça comme ça.

Parce que finalement,

quand on observe chez nous en Occident,
on se rend compte que on en vient.

Tu vois le mec qui a travaillé

sur les technologies ultra poussée,
qui a poussé sa réflexion, etc.

Il revient sur le coup,

sur exactement la même chose,
c’est à dire que c’est le Hemi.

l’Esprit de groupe,
c’est le fait de faire un état.

Il faut commencer à penser en termes

d’humanité et pas seulement
en tant qu’individu lambda.

Et je t’avoue que c’est aussi un peu
la base de ce podcast que je lance là.

Parce que, je sais, j’avais envie
de partager ses points de vue.

Là, j’avais envie de discuter avec

des gens qui, justement, tout en premier,
avaient été directement mon choix de base

parce que je sais qu’on a mon âge d’or,

de réflexion et surtout ce que ce
concept de réalité virtuelle qui.

J’ai envie de donner mon point de vue
sur la dessus, c’est qu’en fait,

faux,

je pense que quand même,
cette vision du monde

occidental et elle est
aujourd’hui pas connue de tout le monde.

Il y a peu de gens qui voient ça comme ça.

Il y a peu de gens qui poussent
la réflexion justement parce qu’ils sont

bloqués dans des façons de penser
très occidentales.

Comment je vais gagner mes sous quand je

vais payer mon loyer
comme mon machin, etc.

Et qui pousse pas à la réflexion encore

plus loin et qui n’arrive pas à voir au
delà, au delà du quotidien, finalement.

Et je trouve que, justement,

le problème majeur qu’on a
chez nous, c’est l’éducation.

C’est c’est comment

est ce qu’on peut inclure ces concepts
de manière intéressante dans l’éducation?

Et justement, pour moi,
la réponse était la réalité virtuelle.

Parce que il y a un truc dont je
rêve et un truc dont je rêve.

Tu n’as pas idée à quel
point je rêve de ça.

C’est une machine à remonter le temps

et je me dis qu’on fait
maintenant avec la réalité virtuelle.

C’est plus besoin d’en créer une.

J’ai juste besoin de créer juste

des mondes différents
et des époques différentes.

Et

il y a un choix pour enfants que j’adore

et que je regarde encore en ce moment
parce que je trouve vraiment fascinant.

C’était Il était une fois les Découvreurs
a tellement beau ce film, c’est ça.

Et en fait, je me dis mais pourquoi est ce

qu’à l’école,
si moi je devais refaire l’école

et si je devais faire l’école
de demain pour les enfants?

Ou si on parle de réincarnation
parce que le Tibet est mort?

Si jamais je reviens sur terre,

je n’ai pas envie de me retaper la même
éducation que je me suis trompé.

Franchement, je peux te faire sourire.

Y

c’est déjà le cas et je vois un doute

en vient et en fait,
la via les principales des principales

industries où je vois de gros avancement,
c’est en termes de learning,

d’apprentissage, éducation,
pas des enfants ou pas.

La VIA, effectivement, te
permet de te mettre dans des contextes

différents et non pas juste de temps
et d’espace, mais même de contexte.

Il y a par exemple une expérience via

qui permet à des personnes
caucasiennes de vivre.

C’est quoi la réalité d’être noire?

Et du coup, ils ont filmé une personne

noire qui vit pendant la ségrégation
aux US, qui veulent s’asseoir

à l’arrière d’un bus,
qui doit se faire couper la parole

dans une salle de classe,
qui doit lever la main et ne jamais se

parler pour l’homme qui subit
un moment raciste dans un bar.

Et ils ont filmé ces moments qui sont
du coup dur, complexes et différents

et qui sont peut être même pas
compréhensibles, même envers,

et qui explore à peine le sujet,
qui permet à certaines personnes de se

mettre dans cette position
et d’avoir de l’empathie.

L’empathie, qui est peut être la qualité
la plus importante de l’humain,

mais qui est de plus en plus étouffée,
non pas perdu, mais je pense juste étouffé

par le reste des questions importantes,
comme manger demain.

Est ce que mon prochain me fait du mal?
Etc.

Et je trouve que je suis très, très,
très, très à fond dans le design.

C’est quelque chose qu’avant même
la réalité virtuelle ou augmentée,

j’ai essayé d’appliquer
Ayoye dans mon graphisme, etc.

Je trouve que le contexte même de pouvoir

faire vivre des émotions à quelqu’un,
c’est la base du design ou de l’art.

En tout cas, et j’ai toujours
cette dualité entre art et design, moi,

puisque mes parents sont
artistes et donc c’est dur.

Mais pour moi, je mets les deux ensemble

parce que c’est de l’art de pouvoir
faire vivre des émotions à quelqu’un.

Et c’est ça en même temps

un design parce que tu l’a conçu et tu as
voulu faire que ce soit ça le résultat.

Et du coup, je me dis

non, pas juste de l’éducation des enfants
qui est déjà en train d’être remis

en question
dans un concept très intéressant

ou au lieu d’apprendre par matière genre
en maths physique suite à une heure de ça.

Et puis, après une heure de ça, il n’y a
aucune relation entre les deux couleurs.

Mais c’est pas grave.
Tu montes en physique un peu con.

J’ai vécu ça.

Pourquoi pas plutôt apprendre
les concepts de la vie par leur contexte.

Donc on va aller dehors avec les enfants,
on va marcher, on va apprendre.

C’est quoi respirer et faire
de l’activité physique.

Et au passage, en passant devant un arbre,

on va leur dira à regarder cet
arbre combien ils mesurent.

Je ne sais pas, madame, je vous
apprendre
c’est quoi le théorème de Pythagore?

Peu par rapport à l’ombre de l’arbre
et la vitesse de la lumière et du soleil.

Calculer et en même temps,
c’est un prière des mathématiques,

de la physique, de l’activité du PS
et on va rentrer à la fin de la journée.

On aura passé une belle journée qui va pas
raconter votre match,

te rappeler parce qu’il y a des moments
qui ont été importants et ça va impacter

plus que c’est quoi Pythagore,
là, tout de suite?

Je suis un peu perdu.

Je sais que je vais pas trouver
au pire les Google et c’est abstrait.

C’est pas des concepts qui vont rester
dans la tête et dans la manière.

Je ne vais pas avoir eu un cours

sur l’empathie, ni en cours,
sur le racisme, ni en course.

Je sais pas les choses que j’ai vécues.

Et moi, en tant que Guadeloupéen qui a

fait l’Ecole française, je n’ai pas
non plus l’histoire de la Guadeloupe.

Donc, où est ce que ces
choses là sont du coup mises?

Elles sont mis dans des musées,
dans des livres, dans la poussière,

dans les choses que si je ne fait
pas l’effort, moi, dans les mains.

Eduquer, je n’aurais pas comme stimulus.

Et si je vais là où tout le monde va,
c’est à dire Facebook et Google,

je vais avoir le biais des gens de la
Silicon Valley ou de la population final.

Il y a des choses vraiment qui vont
manquantes dans mon éducation,

qui ont fait ce que je vais être un humain
différente de la nôtre, être humain.

Il faudrait peut être plus.
C’est d’avoir tous.

Un peu le même parcours

sur les choses global qu’on devrait savoir
et que ce soit ensuite l’individualité

des expériences qui soit notre différence
et non plus de notre éducation.

Je suis complètement d’accord.

J’aime beaucoup cette idée

d’expérience et en fait,

d’où mon idée de Time Machine en
machine à voyager dans le temps

parce que en fait, je me j’imagine déjà
j’aurais tellement kiffer de ces gens.

OK.

Donc, tu sais ce que tu sais à la télé

de ce que c’est l’heure
maintenant, on devine que Rosé TV

et quand ils ont

fait ça, la première,
c’est ça, tu vois genre des idées,

des concepts comme ça, avec une
une expérience complètement immersive.

Vous

étant idiot, mon ordinateur, je sais

que j’ai un bout de bois
d’eau et c’est tout.

OK,

et tu vas avoir cette possibilité

d’expérimenter dans un contexte

complètement différent et de redécouvrir
les sciences d’un point de vue

curiosité.
En fait, quand tu lis la biographie de

semi biographie de Léonard de Vinci,
tu te rends compte que c’est exactement

le mindset, l’état d’esprit
dans lequel il est.

Au quotidien, c’est à dire que chaque

seconde de sa vie,
il la passe à faire à temps.

Mais comment ça marche?

Pourquoi est ce que la langue de
cet oiseau est comme ça?

Il fait faire un tour
et des signes et des signes, tu vois.

Et je me dis que c’est ça qu’on
a perdu, c’est l’éducation.

Aujourd’hui, elle nous a fait perdre
la curiosité et je sais que l’intention,

elle était, elle était,
elle était dans le temps.

Justement, il vous faut
des connaissances, machin, etc.

Alors qu’en fait, ce qu’il nous faut,
c’est la curiosité.

Et justement, c’est gros.
Beaucoup.

Exactement.

C’est super bien dit et je crois que

l’exemple que vous donnez
du Québec s’était basé sur ça.

C’était vraiment le but.

C’était de rendre les enfants curieux
d’apprendre et non plus de leur faire

avaler des choses que plus tard,
ils ne veulent pas savoir.

Je reviens sur l’exemple du vieillard
pour te dire qu’il y a des expériences de

retour dans le passé autre que celle
que je donnais, par exemple,

c’est l’expérience de voyage,
tout simplement ou pour une salle

de classe, va pouvoir mettre leur
tête ensemble.

Et comme on a de tracking en

référence à ce qu’on disait en avant,
on rigole du coup de positionner tous

les enfants, même chez eux,
dans la même pièce.

Et ils peuvent se voir avec des avatars

digitaux qui vont être en plus super
divers, inclusifs et très rares.

Ils vont pouvoir se représenter comme ils

se veulent être, et pas forcément
comme leur corps a été créé.

Il y aura des enfants immenses, petits,
avec des cheveux rouges,

avec des corps extraterrestres,
avec 3 mains que peu importe.

Tu es dans du titre, un château,
mais il n’y a pas de problème et on part

ensemble en aventure,
comme avec le bus magique.

Mais on va aller voir les pyramides
de Gizeh et les pyramides de Gizeh

au moment où ce sont les esclaves
qui doivent les construire.

Comment on fait une pyramide, les enfants?

Vous avez une heure?

C’est ça, l’exercice d’aujourd’hui.

Il faut qu’on trouve la réponse avant mai

et du coup, tu as ces

concept de voyage dans le temps
qui existe pour le VR pour l’éducation.

Je pense notamment à un truc
de malade qui est sorti aujourd’hui.

C’est Action Park qui parle de medical training
alors il faut savoir que le sujet médical est

C’est une des approches du VR
qui est la plus poussée.

On veut vraiment que dans le futur,
je n’ai pas été le meilleur chirurgien

du coeur au monde, mais le Norvégien
était handicapé des jambes.

Donc je peux donner des chirurgies qu’en

Norvège, dans l’hôpital où tu ne
vis pas trop loin de la maison.

Et ça fait 30 ans que la batte
à 80 ans était le meilleur.

Si on est malade et qu’on n’a pas l’argent

pour venir te voir, malheureusement, on ne
peut pas se faire soigner par d’autres.

On aimerait qu’on mette 1 400 milliards
sur ta tête et que la distance,

tu puisses contrôler un robot
qui nous fasse l’opération chez nous

et qu’elle soit capable de nous
sauver la vie à distance.

Pour arriver à cette technologie,

il faut pas juger de la vie à tout
l’écosystème qu’il y a avec vous.

Parlons de la 5G.
Pour que la data soit rapide,

il faut de la correction optique
pour que le docteur, qui a tous ces skills

physique avec ses récepteurs de sa main,
soit capable effectivement de contrôler

à distance un robot et ressentir s’il
appuie trop ou pas assez

et que la pression et toutes ces choses là
sont des data qui pour revenir à son

cerveau pour qu’il fasse bien son
travail caviar, soit assez HD.

Pour que la qualité visuelle de ce qu’il

voit fonctionne,
il faut que le duo fonctionne pour s’il y

a du poisson qui vient de droite
ou de gauche, soit capable de se repérer

dans la pièce quand on arrive
à non pas créer peut être tout de suite

de la chirurgie en temps réel parce qu’il
y a peut être encore trop de risque,

mais on arrive à créer peut être
des salles d’entrainement

pour les chirurgiens et de faire en sorte
qu’on puisse entrainer les chirurgiens

d’une façon différente qu’eux,
avec des livres ou des expériences

sur des cadavres, mais avec
des vraies expériences.

Donc là, aujourd’hui,
il y a eu le premier test

contre poussée qui a été fait par 3 15
chirurgiens de plus qui sont mis tous

ensemble dans une pièce
environ pour faire un training

en utilisant la réalité virtuelle.

Les chirurgiens ont fait

un demi du nombre d’erreurs qui peut être
d’avance 50% moins d’erreurs

et ça a couté 3400 moins cher que les
méthodes traditionnelles d’apprentissage.

Donc incapable de dire que la VIA est
un outil de training pour le Healthcare.

La même manière que les pilotes d’avion
s’entraînent dans la conduite de drones

plutôt qu’à mettre leur corps
et leur vie en danger dans le drone.

Pendant qu’ils contrôlent,
ils vont contrôler à distance.

Du coup, ça remet en question
l’armée en question.

La guerre, ça remet
en question l’éducation.

Ça en question.

Toutes les industries, notamment
l’intelligence humaine, les voyages.

Est ce que vraiment autant de personnes

achèteraient des billets aussi cher
pour aller dans d’autres pays si ils

pouvaient juste aller
sur Google Maps en 3D et le faire?

Peut être que oui.

Je veux aller en vacances pour aller
à la plage,

mais il y a des pays que j’aimerais juste
visiter juste parce que je suis curieux.

Et ce n’est pas juste parce
que clairement, les encyclopédies manquent

de photos que je veux
vraiment il des physiquement.

Mais ce n’est pas vrai que je vais
y aller physiquement partout.

Et du coup, il y a le concept même de
peur d’habiter dans une maison.

Ca peut être pas de sens non plus
pour aller habiter dans une maison avec

des pièces différentes si
ce poste est en permanence connecté.

En fait, je pourrais peut être vivre

dans un casier et du coup,
ces questions là,

qui peuvent paraître bête ou asphyxiante,
sont de plus en plus au gout du jour.

Ça remet en question beaucoup de choses au
niveau de la Bourse et de ces compagnies.

C’est quoi leur futur monétaire
et leur business model?

Et aussi, d’un point de vue humain,
je trouve encore plus intéressant

que la partie physique et monétaire
qui est vraiment l’aubaine.

A quoi ressemble l’expérience
d’un être humain?

Que veut dire être être humain en 2050?

Et au lieu de jouer dans le passé,
rentrer dans le futur?

Avec ces données, on a discuté
jusqu’à présent le poker.

Quel serait pour toi?

Peut être pas une dystopie,
mais une utopie du futur du CSA.

Comme ça l’an

passé, c’est bien,

c’est des questions
sur lesquelles j’ai réfléchi et.

Je pense qu’il y a eu avant de voir
l’utopie, il faut déjà voir la transition.

Je pense que la transition on un peu parlé
de part cette amélioration de l’éducation.

Je pense que d’une façon,
tout passe par l’éducation.

Je pense qu’il y a aussi une notion
de temps, de temps, qu’on n’a plus

cette notion de temps qui est
très importante, qui.

Finalement, quand tu reviens à la création
du temps, tu te rends compte

que les humains qui y vivaient très bien,
sans rien du tout, quoi,

et que en fait, ils avaient,
ils étaient alignés différemment avec

un cycle avec le Cirque
du Soleil sur la planète, etc.

Et il y a une notion d’humanité où,

je pense, c’est une vraie question
avant de se lancer là dedans.

Est qu’est ce que c’est
l’humanité et essaie?

Et j’ai ce qui me fait un peu

pas peur, mais qui tue ou
j’ai des questionnements.

Et voilà, c’est cette notion de temps
versus. Qu’est ce qui se passe?

Quelle est cette notion de temps quand on
est dans cette pensée, technologie, etc.

Et c’est vrai que tout ça,

je leur découvre un peu reprendre mon
temps et apprendre à faire des choses.

Je trouve que la méditation est un

exercice qui qui permet de poser des
vraies questions sur soi, de redécouvrir

que tous les gourous de spiritualité
y parlent du moment présent.

Quand tu veux, quand tu regardes Einstein
et ses études sur le de la lumière, etc.

Je te rends compte qu’il y
a bien un point culminant.

C’est le moment présent.

Donc, en fait,
il suit des concepts qu’on n’a

peut être pas assez étudiés,
peut être pas assez regardé.

Et c’est pour ça que j’aime la partie.

Transition d’abord, ou
celle de l’éducation.

Aujourd’hui, on retient que 10 du cours,
grosso modo en exigeant

d’avoir une éducation avec

des expériences, fait qu’on va
retenir quasiment 90 du truc.

Déjà, là, c’est énorme, c’est énorme,

c’est à dire que le concept de Pythagore
en fait foi derrière le gamin il va voir

son arbre et son ombre
et son machin, il va.

Il va être capable de démontrer
pourquoi la terre est ronde, etc.

Aujourd’hui,
tu vas dans un débat avec les petits parce

que je me
suis intéressé à un passage
où je suis allé voir quand même.

Parce que pourquoi est ce
qu’on en vient à croire ça?

Et en fait, je me suis où la vache?

Je n’ai pas forcément toutes les réponses.

Comme il a fallu que je réétudié des trucs
de physique très simple,

que j’avais oublié ou touché,
c’était devenu un peu abstrait, etc.

Et et en fait, je me disais j’ai trouvé ça
trop bien et je suis désolé de dire ça.

Mais j’ai trouvé ça trop bien parce que
c’est un challenge de tes connaissances.

C’est un petit challenge
des connaissances et j’adore.

J’adore ces concepts de complot parce
que c’est fou ce que tu dis, Julien.

J’ai eu le même parcours.

Je suis passé effectivement par

des discussions avec des personnes pour
lesquelles j’ai eu la même réalisation de

Je ne suis même pas équipé pour prouver
que ce que je dis, c’est vrai.

Et effectivement, après,

j’ai trouvé une super vidéo qui dit
quoi dire à Flactif pour qu’il comprenne.

Et au delà de ça,
ce que tu viens de dire est tellement

important dans le sens où
on se bat les couilles.

Vraiment désolé pour le terme
du futur utopique.

C’est plutôt une bonne question,
comme tu disais

qu’est ce qui doit être mis en place
pour arriver vers l’évolution de ce qu’on

a en ce moment qui n’est clairement pas
la bonne direction?

On est capable, en tout cas maintenant,
de pouvoir voir avec suffisamment

de retard, en tout cas, les alertes
et les alarmes de Vers quoi on s’en va?

Et ça n’a pas l’air d’être
ce vers quoi on veut aller.

Et pour arriver là où, peut être,

ce serait mieux qu’on ne
sait pas que ce serait quoi.

Mais pour aller vers du mieux immonde,
des choses qu’on est capable de pointer

du doigt, il y a des gens
qui ne sont pas là.

Et j’aime quand tu parlais du temps parce
que je pense que la distinction n’est pas.

Le temps, mais peut
être la mesure du temps

qu’on existait auparavant.

Puis la notion de temps,

de temps, aujourd’hui clairement, était
différente, mais le temps au temps t.

La mesure existait.

Et pour faire beaucoup de calculs

et pour comprendre beaucoup de choses
par rapport

à notre individualité sur la planète,
beaucoup se sont tournés vers les étoiles

et du coup, ils vont encore plus
de questions que de réponses.

Et pour répondre à ces questions,
il a fallu rajouter la science,

les mathématiques et toutes ces choses
là sont basées sur des mesures.

Mais en même temps
qu’on a pris ces mesures.

On a fini par mesurer peut être la seule
chose qu’on n’aurait jamais dû ce temps,

parce que j’ai l’impression qu’à partir
du moment, on a commencé à le mesurer

et à du coup, compartimenter la journée
des morceaux à une cadence.

Peut être était ce qui a ramené
l’industrialisation qui a ramené la Bourse

et qui a ramené le travail
des 35 heures semaine.

Mais toutes ces choses,

la course derrière le bonheur,
la course derrière ne pas mourir,

la peur de la mort et toutes ces choses
qui, peut être aujourd’hui vraiment,

sont des des enjeux pour beaucoup
de personnes et pour notre humanité.

Peut être, ce sont juste des questions.

On aurait juste pas besoin de se poser.

Et qu’on ne se pose pas,
et en ayant moins de priorités.

Notre système n’était pas
basé sur ces choses là.

En tout cas, à l’état physique de ce qu’on

est en tant qu’espèce vivante,
ce ne serait pas un enjeu.

Et du coup,

je regarde quelqu’un

qui est soit extrêmement riche et qui n’a
plus besoin de mesurer le temps

et encore célibataire ou quelqu’un
qui est extrêmement, extrêmement

calme ou qui a fait de la méditation toute sa

vie et qui, du coup,
une autre façon d’approcher la vie.

Ce sont des choses qui sont presque,
qu’on a envie, en fait,

qu’on envie dans l’Occident et moi je
pratique la méditation depuis 4 ans,

et c’est quelque chose que je
ne pourrais pas vivre sans

parce que ça me permet
justement de reprendre le temps.

Ce sont des glitch vers
cette utopie que j’aimerais avoir.

J’aimerais que mon ensemble
de ma vie soit comme ça.

Malheureusement, c’est impossible de ne

pas être fonctionnel pour mettre
de la boue dans mon assiette.

Mais à chaque fois que tu auras étudié ces
choses là, tu te rends compte

que l’approche qu’on a par rapport
au temps est juste complètement erronée.

Et peut être même que la notion de temps
ne devrait pas faire du sens comme elle

l’est et que ça changerait
notre approche de la vie.

Évidemment, oui, il y aura
toujours le cycle jour nuit.

Nos bactéries internes continueraient
à être cycliques et vieillira.

Oui, ne serait plus
occupée ou préoccupé par ces choses là.

Ça ne résoudrait plus comment notre
journée est compartimenté et les actions

et les choses qu’on met en place
n’ayant plus de deadline ou de timar

ou de mesures,
seraient plus peut être aussi important là

où certaines choses qui leur sont
beaucoup plus ne le sont plus.

Et je le vois, par exemple,

quand je vois ma relation par rapport
aux plantes qui sont dans mon appartement

ma relation par rapport au temps que je donne à mon travail,
le temps que je donne à ma famille, à mes proches, avec les personnes que j’aime

et autant que je me donne à moi même,
alors je suis très grand,

je souffre de problèmes de dos,
mais c’est à 80 du temps passé sur le fait

que j’exerce pas suffisamment
de mouvements pour me déplacer.

Et là, en disant ça,

je suis sûr que pas mal des auditeurs on
fait preuve de quelques effets directs.

Et ça, c’est pourquoi c’est pas parce

qu’on ne sait pas qu’on a
mal au dos en permanence.

C’est juste que ça devient même pas

une priorité parce qu’en ce moment,
on a un peu de cartes à faire.

Il y a un temps, je suis conscient
du temps, est conscient du mien.

On veut, on veut faire attention

et en même temps, on se perd dans cette
discussion parce qu’elle est magnifique.

Et je n’ai pas vu que ça fait près de deux

heures qu’on parle parce que je suis
heureux de ne pas regarder le temps.

Mais la réalité, c’est qu’une fois qu’on a
fermé et qu’on va repartir notre vie

de tous les jours, on va repartir
dans notre train train quotidien.

Et ça, ça réagit pas mal.

Nos actions, nos décisions,
nos réflexions.

Donc je suis presque jaloux
des philosophes des Lumières ou

des philosophes grecs
et ou des gens comme Einstein.

Parce que effectivement, quand tu lis

les moments clés de leur découverte,

c’était dans des moments où ils
étaient perdus dans le temps.

Et je me rappellerai toujours,
par exemple, Einstein, qui se balade

de Devinci,
qui se balade dans les forêts en Italie

avec le soleil qui passe à travers les
feuilles, sont en train de se balader.

Et là, il a un déclic
sur la théorie de la relativité.

Wow!
Ça ne marcherait pas,

sauf si j’étais en train de me demander
à quelle heure ferme le café à côté

ou si je n’ai pas manqué
mon train et mon voisin.

Et peut être quelques mots
pour commencer à conclure.

J’aime bien.

Y a une problématique que j’ai soulevée
avec éclat le jour où j’ai discuté

et je lui dis en fait, je pense qu’il
y a un problème générationnel aussi.

Il y a un problème générationnel parce
que aujourd’hui,

on a une notion du travail qui sera
pas la même dans le futur.

C’est à dire que pour moi, d’ici,
vous allez en exagérant 50, cent ans.

D’ici un siècle, il y a 90 des boulots
qui sont plus nécessaires et en fait,

on va se retrouver avec une population
qui n’aura plus besoin de travail.

On croit que ces gens là,

en fait, et c’est là

où tu entres dans ta définition d’utopie.

En fait, qu’est ce qui se passait
que tu redonne du temps aux gens?

J’adore cette vision là.

Le seul truc, c’est que,
en fait, on est dans une.

On est avec une population qui est
tellement le travail en tête.

C’est boulot, boulot,
boulot, boulot, boulot

et on va se retrouver.

C’est comme si on va avoir
une population à la retraite.

Le nombre de dépressions de gens qui vont
qui une fois qui sont à la retraite,

arrivent au bout de 6 dans les 6 mois,
c’est hallucinant.

Les chiffres sont hallucinants et je ne

peux pas imaginer ça d’un
point de vue population.

Il y a toute une transition qui va être à
faire et qui va être super intéressante.

J’ai un avis assez fort là dessus parce

que forcément, quand la VIA est sortie
ou que les discussions sur les premiers

sont sortis, on a toujours commencé
à se dire ils vont prendre le job.

La même manière que les Américains
racistes envers les Mexicains.

Ils vont prendre notre place,

juste une évolution du monde du travail
et peut être que le concept de jobs

devrait pas exister,
remettant en question.

Et du coup,
je pense que quand on réalise qu’il y a

beaucoup de métiers qui seront
remplacés par des technologies.

Le problème pour moi n’est pas

que le métier disparait ou qu’il y a
des personnes qui n’ait plus de métier,

mais plutôt
ces personnes sont ils armés dans leur

éducation pour savoir quoi faire de leur
vie quand ils n’ont plus de métier?

Parce que la vraie question devient quel
est ton rôle dans la société,

en réalité? Et si pour toi, en roulant,
la société est d’amener un savoir faire

dans des maîtrises particulières
et de gagner ton gagne pain par rapport

à cette chose là, mais dans un futur où
ce qu’ils ne sont plus nécessaires?

ES tu quelqu’un qui mérite de vivre encore

à tes propres yeux, même au delà du désir
de la société, et ou de se lever tous

les matins et n’avoir d’autre
objectif que d’aller au travail?

Parce qu’il y a beaucoup de gens qui,
juste avec le comité d’aide bloqués

chez eux,
de ne pas pouvoir aller au travail,

fait des dépressions,
mais juste parce qu’ils sont demandés.

Mais c’est quoi la vie?

Même si je vais plus au travail
ou j’ai plus d’heures?

Et au delà de la réalité, de la dureté,
que c’est comme une question de se poser.

J’invite tous ceux qui se pose cette

question à se demander si vous
n’aviez plus de travail en ce moment.

Qu’est ce que vous feriez
vraiment de votre temps?

Je trouve que c’est une belle question.

Effectivement, que devient une personne
qui se retrouve 30 ans, en fait?

Est ce que ça créera pas,
dans le contexte de la société actuelle,

par exemple, que la société n’est pas
armée de bonnes structures pour pouvoir

prendre soin des personnes
qui n’ont plus de métier?

Et c’est une question de plus en plus

problématique, vu qu’on sera même de plus
en plus vers des métiers qui vont se faire

remplacer par la notion de UBI Universal
Basic Income est basée là dessus.

Par exemple, le fait de pouvoir donner
à chaque parent, chaque citoyen

un certain nombre d’argent fixe par mois,

peu importe qu’ils produisent
comme valeur à la société.

Ils recevront cette même base monétaire
qui leur permettra au moins de remplir

la première table de la pyramide,
d’en parler et à manger shelters.

Se sentir à l’aise et la santé pendant
le reste est basée sur ton temps libre.

Si tu veux faire plus d’argent
en créant plus de valeur, libre à toi.

Peut être que tu seras pas en capacité

de le faire, mais au moins,
tu auras la base.

Mais ça ne répond pas à la question

de qu’est ce que les gens vont faire
de leur journée,

se sentir remplis de joie,
de passer des journées vides de choses

qu’il ne faisait pas parce que les gens,
à l’inverse, vont partir comme on le voit

dans les dystopies, dans la dépression,
dans les drogues, dans les addictions.

Est ce que ça va redonner du temps?

Et les gens vont peut être faire plus
d’argent et du coup,

on va se retrouver dans une nouvelle
époque, un peu comme
à l’époque

de la Renaissance ou
carrément l’Antiquité,

où il y avait beaucoup de temps ou quand
tout le monde est parti à la guerre.

Est ce que les gentils et on est tous
gentils chez nous, tout est réglé.

On va prendre, on va être tout nu,

on va manger et à boire avec les
Dionysos toute la journée.

Et donc, à cette question qui a mené,

et même moi, ce qui me fait peur,
c’est que générationnelles.

Pour revenir à temps plein de génération.

On est peut être maintenant entaché

d’un biais cognitifs qui est peut être

irréversible sans la nécessité de apporter
une productivité dans ce qu’on fait.

On n’a même plus le contexte de contexte.

Je travaille, je travaille parce que quand

tu travailles peut être en train
de réfléchir à comment monétiser tes passe

temps, que ce soit en étant youtubeur,
en podcaster nos chaînes,

en étant sur Tic-Tac ou sur Instagram,
tu connais des photos de tous les jours.

Aujourd’hui, tu es un mec qui va
donner des restos et les loger.

Encore une fois,

c’est très beau de pouvoir faire
de l’argent avec ton passe temps.

Mais la question devient

si tout le monde fait ça et au bout
d’un moment, tout est comme ça.

Est ce qu’on ne perd pas un petit peu

de l’humanité qu’on avait avant
dans la liberté des choses?

Et quel est le concept de liberté

dans un contexte où on a plus de métier
et se rapporte à ça?

La rapidité des interactions sociales
et de l’interaction humaine?

A été un petit peu
influencé par la publicité

télévision à partir du moment où vous
a mis devant BAM bam bam bam bam bam!

Et la mesure du temps à la télé est
devenue très importante parce qu’une

émission dure une heure,
on va avoir dix minutes pour de la pub.

Donc, il va falloir placer des placements
de pubs dont il va falloir faire en sorte

que la pub qui passe soit
le plus rentable possible.

Donc on va parler très vite.

On a rapporté beaucoup d’infos avec bip
bip, bip bip dans notre presse

et de la même manière qu’Internet,
au tout début, c’était 50 mille popup.

La publicité, c’est vraiment ça.

Donc, ça a forcé un petit peu notre

génération à consommer l’information
beaucoup plus rapidement.

On a beaucoup plus de gens.

Je pense qu’un enfant sur deux maintenant

a de la BHD, des TOC ou des addictions,
peu importe lesquelles.

Là, en ce moment, je parle, je parle
très vite et j’en suis conscient.

C’est un effort constant de parler

plus lentement
et j’ai été surpris de réaliser.

Quand je parle avec ma grand mère,
je sais pas.

Je me dis, mais je ne parle pas
vite parce qu’elle est vieille.

Ce n’est pas vrai
parce que je regarde des vidéos maintenant

de lancer des gens en 1963 1950 en France,
par exemple, c’est magnifique.

Allez sur YouTube regarder
et écouter les interviews.

Les gens se parlent,

les gens, les gens s’écoutent,
les gens ne se coupent pas la parole,

sont dans les temps morts
parce qu’en plus, c’est de la France.

Donc c’est super beau.

Il y a des virgules et des
points dans nos phrases.

On va jouer du temps,
mais ces choses là n’existent plus,

interagit avec un enfant millennials
ou de jalousie maintenant.

Et il n’y a pas la place pour le temps

mort parce que ce qu’il laisse
entendre, tu laisses l’autre.

La chance d’être interrompu,

de te répondre est en train de penser,
est déjà fini parce qu’il y aura 50

millions d’années entre temps et tu sens
qu’il faut que tu dis ce que tu as à dire

dans le temps qui a
loué ce monde, tu vois.

Et quand je regarde ces vidéos là,
je trouve ça reposant et calme et en même

temps chiant parce que du coup,
tu vois des personnes qui parlent

et au ralenti et tu te dis
mais ils sont sous drogues.

Ce n’est pas possible de parler comme ça.

Est ce que tout le monde
était sous opium en 1950?

Non, simplement.
Ils prenaient beaucoup plus leur temps.

C’était moins industrialisé,
moins business, même dans leur face.

Du coup, j’ai peur.
C’est ma crainte que dans le futur,

malgré qu’on puisse avoir peut être le
contexte pour retrouver ces valeurs là.

Mais on aura été influencé socialement

à interagir en multitasking
et en extrême rapidité.

On utilise Facebook et compagnie

pour travailler d’EDF pendant qu’on est
en train de parler,

quand elle regarde la télé
pour apprendre jouer à des jeux vidéo.

Et du coup, toutes ces choses superposées
qui sont de la productivité

pour les entreprises et pour l’argent
et le temps pour l’individu.

En plus, on ne prend plus le temps,
donc on ne prend plus le temps de faire

attention à sa santé,
de faire attention à ce qu’on mange,

de faire attention à ce qu’on dit,
à ce qu’on consomme, ce qu’on voit.

Et du coup, j’invite les gens pour finir,

peut être sur ce point là,
à se demander est ce que cette poursuite

infinie vers la technologie meilleur

et pas en même temps en gros
détriment à notre espèce humaine?

Oui, c’est ça.

Je pense que de toute façon,

vu le nombre de questions
et de réflexions qu’on a eu,

il est difficile de trouver des réponses.

Même si je pense qu’on aimerait
bien avoir tous les deux

et qu’on n’a pas d’autre choix que
d’accepter le chemin vers lequel on va.

Est ce que tu aurais
des recommandations de lecture

de vidéos, alors

je voudrais d’abord une recommandation
de lecture ou de vidéos d’un mec

sur YouTube pour commencer dans la réalité
augmentée, dans la réalité virtuelle, etc.

Alors super cool. Déjà il faut savoir que
comme c’est de la tech, ça va être très anglophone

beaucoup de contenu, ça veut pas dire
qu’il y a personne en France qui fait ça.

Mais malheureusement,
ce n’est pas encore assez

Pour commencer,
on va chercher de la vulgarisation.

Je vous invite tout simplement à regarder

le buzz du moment pour créer
un site de vulgarisation.

le Japon s’intéresser à réalité augmentée,

la réalité virtuelle vous intéresser
à qu’est ce que vous voulez faire dedans?

Est ce que c’est pour être un consommateur
du produit? Est ce que c’est pour designer

pour ça? Est ce que je suis un designer?
Donc forcément, je vais plutôt

vous recommander les gens qui veulent
travailler dans ce domaine.

Mais si c’est pas pour travailler

dans le domaine et c’est juste en terme
de timing, vous pouvez simplement regarder

les centaines de vidéos qui existent
sur sur YouTube par rapport à la réalité

virtuelle et surement commencer avec
des Ming parce que c’est peut être par là

que c’est le plus
intéressant et le plus fan.

Mais sinon,
en terme de contenu de quelqu’un

qui en parle et qui donne des nouvelles,
il y a quelqu’un qui s’appelle Ghost et SK

à 2 heures des Ghost comme fantôme g h g
h Coaster Y un Italien qui parle anglais.

Il a commencé très récemment sa chaîne
YouTube, où il a un blog où toutes

les semaines donnent des news qui viennent
de sortir en réalité augmentée.

Réalité virtuelle.

Les grosses news, même moi,
j’essaye de le faire sur mon tweeter.

Si vous me suivez sur Twitter,
vous aurez en permanence une fois par jour

les news du jour tweete
ou j’écris mes pensées là dessus.

Point Vision, tout simplement.

C’est en termes de consommation vidéo
lecture.

C’est peut être le plus intéressant parce

que en temps de lecture,
j’ai beaucoup de recommandations que je

pourrais donner pour s’intéresser
à la réalité virtuelle ou augmentée.

Il y a un livre qui est sorti,

qui s’appelle Augmenter de humaine
par une personne que j’adore,

que je suis sur les dont j’ai
perdu le nom à ce moment.

Mais il n’y a pas de livre comme ça.

Animate donc augmenter
comme avec Admiralty.

l’Agenda des 10 prochaines années,

comment les choses vont évoluer,
des pensées sur le futur.

Et ce livre est sorti.

Il y a quand même déjà pas mal d’années

et tout ce qu’il en était dit,
c’est se réaliser.

Et la direction de la chose, ça s’envoie
en l’air d’être dans la même direction.

Il y a un autre livre qui s’appelle

augmentait de Retina,
donc, par rapport à répliquer.

C’est drôle, c’est carrément

tabou pour les yeux qu’on voit déjà à quel
point dans le futur, ici, on est pareils.

Ça touche à des concepts,

ça explique à quoi ressemblerait
technologiquement ce futur là.

Est ce qu’on parle de cloud?

Est ce qu’on parle de 5G?

Est ce qu’on parle de ces trois choses là

ensemble? C’est quoi le spatial computing?
A quoi correspond

les notions entre les différents devices?

Le concept d’écosystème,
par exemple? Le fait que je ne sais pas,

mais expose en ce moment sont des devices
qui sont donc nerprun,

ont maintenant une techno qui permet de
mesurer si ma tête est en train de tourner

à gauche ou à droite pour que si j’écoute
une musique et qu’elle est là,

j’entends à droite, j’entends à gauche,
j’entends en face et que du coup,

je peux avoir une expérience plus
écosystémique avec différents produits.

Mon Apple Watch,
un accéléromètre Ottignies.

Donc quand je fais du sport,

si je fais des pompes ou si je suis
en train de faire des jumping fois.

Toutes ces différents contextes

des concepts sont bien
décrits dans que ce livre là,

mais très simplement intéressé de façon
générale au design de produit.

C’est une bonne façon d’entrer
dans la réalité augmentée,

réalité virtuelle parce que
ça touche à toutes les industries.

Donc, vous pouvez être quelqu’un qui est

vidéaste ou qui faisait des pièces
de théâtre et rentrer dans ce domaine là

parce que c’est une autre
forme d’expression.

C’est un autre média.

C’est comme le mobile maintenant,
c’est le billard.

Donc, si vous étiez dans le web,
vous êtes passé au mobile.

C’est peut être le moment
de passer du mobile au billard,

de vous demander qu’est ce
que ça peut faire pour vous?

Est ce qu’il y a moyen de, par exemple,
de recevoir des formations en VIA

pour pouvoir mieux faire votre travail
en VIA ou si ce n’est pas

comme les chirurgiens, par exemple,
d’améliorer votre training?

Si c’est l’inverse,
c’est un moyen d’expression artistique.

Ça peut être aussi d’avoir

la chance d’être sur les plateformes
et d’avoir votera en 3D.

Je travaille avec des gens.

Par exemple, si les fashion designers
qui ont travaillé dans le textile tout

leur vie, qui ne savent même pas c’est
quoi faire une application mobile

et qui maintenant sont des
designers de textiles, de malades avec

des gens comme Balenciaga qui commencent

à faire des vêtements pour ton
personnage dans Animal Crossing?

On peut se dire OK, ça touche à tout.

Il n’y a pas vraiment de limites
comme le mobile, c’est à dire?

Ça touche vraiment à tout.

La question, c’est plutôt qu’est
ce que vous voulez faire dedans?

Et selon la réponse, ma ribambelle
de questions, ça peut être très,

très intéressant de juste se poser

la question pour voir vers où ça peut
aller pour votre type de métier.

OK, super.

Mais franchement, je vais te remercier
parce que c’était une super interview.

J’ai passé un super moment.

Merci d’être le premier
aussi avec qui je fais ça

en espérant qu’on n’a pas mis la barre

trop bas et que
ça va être de mieux en mieux.

On a parlé beaucoup.

Ça a été très compliqué dans certains

de certains sujets,
mais je trouve aussi que ça a été très

casuals et j’ai beaucoup apprécié
les questions qu’il pose parce que je

trouve que malheureusement,
on parle de ce genre de sujet.

On s’enferme souvent dans une direction

qui soit technologie,
soit design, soit produit, soit.

Soit négative, c’est,
comme on disait au début, sécurité,

mais il y a beaucoup plus à discuter
dans ce domaine là, je trouve.

Et si c’est un témoin de ton pote qu’elle

va démarrer comme tu dis, ça prouve que
dans la discussion avec Julien,

on peut toucher de tous les sujets
et avoir des vraiment cool.

Je pense que tu vas faire rougir la dessus
et
je trouve que c’était un peu l’idée.

Franchement, justement,

trois jours après avoir vu
le Dilemma, j’ai vraiment du mal.

Le dilemme du réseau social,
de ce qui se passe sur Internet,

ce concept de polarisation là,
il m’a vraiment marqué.

J’ai vu les gens qui partaient.

C’est une vague qui part
vers les extrêmes, etc.

Et j’ai fait une première vidéo

sur la 5G parce que c’est mon sujet
de C’était mon sujet de recherche.

Et ici,
j’ai parlé un peu des théories du complot

en essayant de ramener un peu les gens
en mode et tranquille les gars.

Et j’avais réussi avec ce podcast,

justement, d’avoir un point
de vue beaucoup plus neutre.

Je trouve qu’en français,
on a des choses qui sont très,

très bien et il y a des mecs qui font
des trucs incroyables, je pense.

Le premier qui vient à l’esprit, c’est

5 avions, mais leur podcast est génial.

Franchement, j’adore.

Je suis un grand fan,
mais c’est vrai que il y a des fois,

c’est pas toute la réalité
et toute la vérité sur des choses.

Elle n’est pas facile à prendre

en considération et j’avais envie d’un
truc beaucoup plus balancé entre les deux.

Je trouve que t’as fait un bon job.

Justement, tes questions ont
permis d’avoir cette balance.

Ça a été un challenge pour moi parce
que ça fait 10 ans que je parle

en anglais, donc d’avoir la discussion
en français, leur trouver les mots.

En plus, je balbutie beaucoup parce
que j’ai ma mâchoire qui a évolué avec

la langue,
que je me rends compte que quand je parle

en français, j’ai beaucoup plus
de mal à exprimer mes idées.

En même temps, ça me fait réfléchir

à d’autres choses à cause du fait
que je dois réfléchir à mes mots.

Donc j’ai trouvé ça vraiment intéressant

comme comme exercices,
et ce sera avec plaisir que je reviendrai

si tu as besoin de discuter
d’autres sujets bientôt traités.

Je pense que tu vas de toute façon,

on aurait pu en reparler pendant
au moins deux ou trois jours,

par exemple.

Plusieurs clichés?

OK, merci beaucoup.

A une époque fort lointaine où la terre
était que plate,

un jeune homme dénommé Platon hypothétisait
disait que la terre était ronde.

Ce même jeune homme
proclamait aussi que l’éducation

à base de punitions et de
récompenses était obsolète.

Il la catégorisée déjà
à l’époque même d’anciens.

Platon vantait les mérites de ce qu’il
appelait une nouvelle éducation,

une éducation où la connaissance était
partagée sous forme de dialogue.

Cette idée sur l’éducation,
je l’ai rejoint de suite à une piètre

expérience en tant
qu’enseignant à l’université.

J’ai alors créé Hacking Reality,
qui prône le partage de la connaissance,

mais comme Platon en son temps
par le dialogue.

Close Menu